Accéder au contenu principal

Arqueología Mexicana n° 97

Il est tout frais, il est tout beau. Voici la dernière livrée d'Arqueología Mexicana, en retard pour les raisons sanitaires que tous nos lecteurs connaissent déjà. Au sommaire ce mois-ci, les cultures de l'état de Sonora. Situé au nord-ouest du Mexique, l'archéologie de cet état est méconnu, à l'instar de la quasi-moitié nord du pays. Pourquoi ? Parce que la majeure partie des peuples qui vivaient. Bien sûr certaines tribus étaient sédentarisés comme le montre les sites de Casas Grandes ou de Zacatecas, d'autres étaient semi-sédentaires alors que certaines étaient nomades et ceux, même à l'époque coloniale. Dès lors, la documentation écrite à leur sujet est pour le moins défaillante, pour ne pas dire inexistante.

Poutant la revue publiée par l'INAH s'est déjà aventurée par le passé à faire état des recherches archéologiques, sociologiques ou ethnographiques dans les états du Nord-est mexicain (Nuevo Leon, Cohauila, Tamaulipas) ou plus récemment en Basse Californie. Ce numéro d'Arqueología Mexicana met en avant un état à la croisée entre les peuples venant des états du sud-ouest américain, de la Basse Californie mexicaine, des états du Pacifique mexicain ou encore du Chihuahua voisin.

Mais avant de faire une présentation plus détaillée du dossier mensuel de la revue, attardons-nous quelques instants sur les différents articles le précédant. La section Noticias reprend bon nombre d'informations que nous avions déjà rapportés sur ce blog, mais il convient de mettre en valeur la découverte d'une unité résidentielle et d'un autel de style toltèque près de la Corregidora, Quérétaro.

Manuel Lejarazu fait ensuite la présentation historique du Codex Mendoza, également appelé Matricula de los tributos. Daniel Díaz propose une analyse très courte d'une céramique anthropomorphe originaire de Tlaltilco et datée du Préclassique moyen (vers 1200 à 400 avant Jésus Christ). Puis dans le cadre de la série sur l'anthropologie physique, Josefina Mansilla et Ilan Leboreiro explique de manière extensive et bien illustrée le phénomène de la momification dans le Mexique ancien préhispanique.

Revenons au thème principal de la revue ce mois-ci : les cultures du Sonora. Car comme au Chiapas, c'est une mosaïque de peuples qui vit toujours dans cet état. Leurs ancêtres ont légué des sites intéressants comme La Pintada, le Cerro de las Trincheras, La Playa ou el Fin del Mundo (sic!).

Beatriz Braniff, ethnohistorienne du nord-ouest du Mexique s'attache à décrire l'histoire de cette région, qui jusqu'à 1853 faisait partie d'un ensemble géographique et culturel plus vaste qu'il n'est aujourd'hui. Car la guerre entre le Mexique et les Etats-Unis ont eu raison d'un tiers de la superficie du territoire national, devenue territoire américain. Ce sont les peuples amérindiens qui ont les premiers souffert de la césure géographique entre le Sonora mexicain et l'Arizona américain, eux-mêmes inclus dans une vaste zone culturelle appelée Gran Chichimeca. Le Sonora se caractérise par ces faibles précipitations, la présence de la Sierra Madre occidentale et de longues côtes donnant sur la mer de Cortés.

Ensuite deux chercheurs américains, Paul et Suzanne Fish présentent la culture hohokam du sud de l'Arizona. Ils expliquent notamment comment les Hohokams se distinguent des Anasazis (dont la langue est apparenté au nahuatl) ou des Mogollons voisins pour la forme des bâtiments publics dans des sites comme Pueblo Grande. On y retrouve ainsi des terrains de jeu de balle et des plateformes qui nous montrent des croyances et des rituels propres à leur culture. Mais ils avaient développé un système d'irrigation unique en son genre : environ 50 km de canalisations permettait d'amener l'eau sur 30 000 hectares de terres cultivées ! Malheureusement cette culture disparut entre 1400 et 1200 pour des raisons encore méconnues.

Dans l'article suivant Guadalupe Sanchez, Edmund Gaines, Vance Holliday exposent la vie des chasseurs-cueilleurs du site El Fin del Mundo à l'époque du Pléistocène terminal soit vers 12000 ans avant notre ère. Car si les fragments de flèche et si un fragment organique a permis une datation vers 11000 avant notre ère, les paléontologues ont mis au jour également des ossements de mammouth très anciens qui nous informent de manière significative sur l'environnement à cette époque.

John Carpenter présente le site de la Playa qui a connu dix mille ans d'occupation. De nombreuses pointes de projectiles et des indices de production de décorations en coquillage témoigne des activités de ce site, sans compter les 1300 fours qui nous renseigne sur les activités domestiques qui s'y sont développés. La Playa a connu une occupation régulière depuis le Pléistocène terminal jusque vers 200 après Jésus-Christ.

Maria Elisa Villalpando explique dans un article sur le Cerro de Trincheras qu'il fut un centre régional d'importance égal à Paquimé, Chihuahua. Les archéologues ont ainsi pu compter environ 900 terrasses ont ainsi été construit au Préhispanique tardif (1300-1400 après Jésus Christ). Ces terrasses sont visibles sur une colline de 100 ha de surface s'élevant à 150 mètres au-dessus du niveau du sol. Les terrasses peuvent atteindre 400 mètres de long, même si la majeure partie mesure 15 à 30 mètres.

L'article "Las manifestaciones gráficorupestres en Sonora" met l'accent sur l'art rupestre du Sonora sous toutes ses formes : gravures, peintures, géoglyphes.

Blanca Contreras, Manuel Graniel et Dai Blanquel signent une courte étude sur le site de la Pintada; située dans la Sierra Libre. Là les peintures sont peintes dans un canyon occupé principalement entre 700 et 1600 après Jésus Christ, à en juger par le type de céramiques retrouvées par les archéologues. Mais le site est en danger : la faute à des facteurs naturels incontrôlables mais aussi à un vandalisme humain, en dépit d'un accès restreint à la zone.

Clara Bargellini propose un travail très intéressant sur Les missions du Sonora, ses églises construites par les pères évangélisateurs à la fin du XVIIème siècle. Rodrigo Renteria complète ce dossier en proposant une revue de rituels actuels effectués par les indigènes.

Un article à plusieurs mains (dont celles de Nikolai Grube) fait état des récentes découvertes faites à Sabana Piletas : on apprend ainsi quelques détails intéressants sur l'escalier hiéroglyphique de cette cité puuc, proche de Sayil ou Labna. Nous avions évoqué la découverte de cet escalier en décembre dernier mais nous avions à l'époque déploré l'absence de détails qui sont partiellement comblés dans cet article. Il semblerait que les signes fassent référence à la date 10.1.9.3.9 12 muluk 7 kumk'u, soit le décembre 868 après Jésus Christ. Il semblerait que cette date face référence à un événement dédicatoire puisque les glyphes mentionnent les trois jeux de balle des ancêtres. D. Stuart rapproche cette date de celle décodée sur la pierre dédicatoire du Grand Terrain de jeu de balle de Chichen Itza.

Enfin Xavier Noguez propose une présentation rapide du Codex de Cholula, sans en changer le nom comme il en a l'habitude. De quoi patienter avant le prochain numéro dont le thème central sera Moctezuma II avec le sous-titre évocateur "Gloire et chute de l'empire mexica". Espérons que Michel Graulich n'aura pas été oublié.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…