Accéder au contenu principal

Le site archéologique de Paquimé après 50 ans de fouilles

Photo: La Jornada

Le site archéologique de Paquimé est situé dans l’état mexicain de Chihuahua, et il est inscrit sur la liste des sites faisant partie du Patrimoine Mondial de l’Humanité depuis 1998.


Afficher Zones archéologiques présentées sur Mexique Ancien sur une carte plus grande


Après 50 ans,les fouilles ont permis de récupérer 24 tonnes de matériel préhispanique, comme de la pierre taillée, de la céramique, des restes osseux, de la turquoise, coquillages, cuivre, textiles et bois. Les investigations archéologiques dans le site se sont développées en suivant deux typologies d’approfondissement : les explorations archéologiques relatives à la culture Casas Grandes et la conservation de son architecture.

Selon Eduardo Gamboa Carrera, directeur du Projet Archéologique et membre de l’Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH), ce site aurait été conçu à la suite des migrations des gens qui ont quitté la grande vallée de l’Amérique du nord lors d’une grande sécheresse. Fort probablement, selon l’archéologue, les territoires de Casas Grandes ont représenté la dernière prairie et la limite de ces migrations, et cela expliquerait qu' il n’y ait pas de traces de ces déplacements dans les états de Sonora, Sinaloa et Durango.

Ce site, considéré comme étant construit pour les hommes et non pas pour les dieux comme les autres cités mésoaméricaines, a été étudié par l’archéologue Charles De Peso. On découvre donc que l’apogée de Paquimé remonte au 1200 ap. J.-C., tandis que son déclin date du 1350 ap. J.-C. Toutefois, les derniers résultats des campagnes archéologiques ont permis de dater l’apogée et la chute de ce site à un siècle plus tard. Gamboa estime ces données comme étant très importantes, puisqu’à cette époque – affirme l’archéologue – le contexte général en Mésoamérique était fort différent : les Aztèques étaient déjà les seigneurs de la Vallée de México, et les Tarasques dominaient l’occident.

L’importance de Paquimé en tant que Patrimoine Mondial serait donc encore plus évidente, puisque ce site représenterait l’occasion d’étudier les relations présentes entre les différentes cultures du désert au nord de la Mésoamérique.
En ce qui concerne les caractéristiques ethniques et l’organisation sociale de Paquimé, Gamboa explique que ses habitants descendaient, comme leurs voisins Tarahumaras, Pimas et Tepehuas, des peuples du désert et parlaient une langue uto-aztèque.

Des données très intéressantes sont contenues dans les décorations des vaisselles en céramique : les hommes sont bien robustes, au visage rond et de petite taille. Ils étaient habillés avec des habits multicolores et des casquettes et ils portaient aussi des bijoux comme colliers et bracelets.

En ce qui concerne les tombes découvertes à Paquimé, on peut les subdiviser en deux typologies : les tombes "in situ", où les restes sont localisés dans une urne située en dessous du premier niveau des ensembles architecturaux, et les individus sans tombe et sans associations entre eux, éparpillés à travers le site.
A présent, après 50 ans de recherches, le directeur Gamboa affirme que la priorité doit être la bonne conservation du site qui a été exposé longtemps aux intempéries.

Pour lire l’article de La Jornada, cliquez ici .

Référence bibliographique :
2009. BRANIFF CORNEJO, Beatriz. Paquime. Colección Fideicomiso Historia de las Américas, Serie Ciudades, Fondo de Cultura Economica, Mexico.



Edition du 2 décembre 2009.
Une vidéo est visible sur la chaîne INAHTV :



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…