Accéder au contenu principal

El universo precolombino de Diego Rivera

Voici le titre de l’exposition qui sera visible au Museo Regional Potosino depuis samedi 23 mai et jusqu’au prochain septembre.
Le but de l’exposition est de permettre aux visiteurs de comprendre avec quel regard particulier Rivera voyait et étudiait les antiquités mexicaines qui ont si fréquemment inspiré ses oeuvres.
Formée par 167 pièces, l’exposition a été organisée par l’Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH-Conaculta) en coordination avec le gouvernement de San Luis Potosí ; avant de rejoindre le Museo Regional Potosino, en outre, elle avait transité par le Museo Nacional de Antropología, à l’occasion de l’hommage national rendu à l’artiste pour le 50ème anniversaire de sa mort.
Les pièces exposées font partie de la culture matérielle qui correspond aux anciennes cultures de l’Occident du Mexique localisées dans les actuels états de Colima, Nayarit, Jalisco et Michoacán, et l’exposition est une parmi les dernières qui ont été organisées par Felipe Solís, ancien directeur du Museo Nacional de Antropología récemment décédé.
Luis Pedro Gutiérrez, directeur du Museo Regional Potosino, a expliqué que le but est d’expliquer le procès créatif qui a conduit l’artiste à obtenir des éléments d’inspiration préhispanique pour ses peintures murales, en particulier en ce qui concerne la vision modelée dans le fragment connu sous le nom de « El Mercado de Tlatelolco », peinture visible au Palais National.
Distribuée sur deux étages du musée, l’exposition comprend des vaisselles, des figurines, des colliers, des représentations de chiens et une reproduction de la peinture murale du Palais National où Diego Rivera a peint les scènes les plus connues du passé préhispanique.
Il faut en outre signaler que toutes ces pièces font partie de la collection privée de l’artiste.

Pour lire l’article complet, rendez-vous sur la page de l’Inah.


Fragment du Le marché de Tlatelolco
Diego Rivera
Photo: MEDIOS/INAH
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…