Accéder au contenu principal

Nouvelles données sur les fouilles au Templo Mayor de Tlatelolco

L'INAH n'a pas le monopole des exclusivités... C'est peut-être ce que mzr, auteur d'un article sur le site du quotidien El Universal, a voulu montrer. Mais ce (cette) journaliste a confondu vitesse et précipitation. La découverte des cinquante corps européens enterrés sous le Gran Basamento de la zone archéologique de Tlatelolco. Car si l'article précise, à juste titre, que cette découverte date décembre 2008, il oublie de rappeler que l'information a été diffusée sur plusieurs sites dont le nôtre.

Néanmoins deux informations importantes sont proposées : l'exposition au public de la fameuse Caja de Agua dans les prochains mois et la découverte d'une phase ancienne du Templo Mayor de Tlatelolco.



Templo Mayor de Tlatelolco, Mexica, Postclassique.
Photo : B. LOBJOIS, prise le 25 juillet 2007.

Revenons en détail sur la seconde information. Il y a trois mois, les archéologues dirigés par Salvador Guillem Arroyo, directeur du projet et de la zone archéologique de Tlatelolco, ont buté contre une phase de construction ancienne du Templo Mayor, après avoir percé un long tunnel de sept mètres. Si vous observez le cliché ci-dessus, vous pourrez observer la bâche qui en protège l'entrée.

Selon les hypothèses de Guillem Arroyo, cette phase pourrait remettre en cause la chronologie de la pyramide et du centre cérémoniel de Tlatelolco. C'était avec la même hypothèse qu'avaient été dirigés les travaux du Gran Basamento et avaient finalement abouti à la découverte de ces squelettes européens. Il avait été même proposé d'identifier cette structure avec l'édifice des Aigles de Mexico-Tenochtitlan, tant pour sa fonction militaro-rituelle que symbolique.

Dans le cas du Templo Mayor, Guillem Arroyo estime que cette phase de construction pourrait dater des XII et XIII siècles, et donc plus ancienne que le Templo Mayor de Tenochtitlan. Il espère prouver cette datation ancienne par le biais des prochaines fouilles d'une offrande rencontrée au bout de ce tunnel. Il pense qu'il s'agit d'une offrande à Tezcatlipoca, dieu des commerçants. Mais ces hypothèses multiples, quand bien même sensées, ne pourront être que vérifiées que par le résultat du terrain. Il convient en effet de s'interroger sur l'identité du destinataire de cette offrande. Tezcatlipoca n'était pas la principale divinité lié aux commerçants: Nappatecuhtli ou Quetzalcoatl pouvaient être invoqués par cette catégorie sociale importante de l'ancienne Mésoamérique.






Afficher Zones archéologiques présentées sur Mexique Ancien sur une carte plus grande

C'est ce qu'imaginent désormais les archéologues, puisqu'une offrande a été repérée et sera fouillée lors de la prochaine campagne. Mesurant onze mètres de haut, elle est déjà considérée comme plus ancienne que le Templo Mayor. Guillem Arroyo estime qu'elle a été construite entre 1100 et 1200 de notre ère. De la même manière, l'offrande repérée aurait été faite pour honorer Tezcatlipoca (dieu des marchands). Cette dernière identification pose problème dans la mesure où différentes divinités sont associés aux marchands comme Nappatecuhtli ou même Quetzalcoatl.

Vous l'aurez compris : même si les hypothèses de Salvador Guillem Arroyo s'avèrent intéressantes et ambitieuses, elles n'en restent pas moins fragiles. Souhaitons toutefois le meilleur pour son équipe et leurs futures recherches.
1 commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…