Accéder au contenu principal

Fouilles et restaurations de la muraille de Chichen Itza

Et on reparle de Chichen Itza, mais dans une perspective moins "people" que dans notre pénultième note. Quand on visite Chichen Itza ou la plupart des sites mayas, on a du mal à imaginer que la plupart disposait de structures défensives qui protégeaient la cité des invasions et des incendies. Certaines, comme Ek Balam, rivale de Chichen Itza, avait même une triple muraille, parfaitement visible sur ce cliché et cette vue aérien.

Chichen Itza disposait d'une solide muraille qui séparait notamment le centre cérémoniel avec le Castillo et le fameux cenote des sacrifices. Il faut dire que l'ensemble était encore bien couvert par la végétation. Les vendeurs ambulants,disposés de part et d'autre de l'ancienne sacbé, empêchent de le voir. Faute d'avoir l'autorisation de l'auteur, voici un lien qui vous montrera une vue de la muraille, objet de notre note.

Appuyée par l'INAH, l'Université Autonome du Yucatan a ainsi récemment entamé un programme de restauration et de fouilles autour de cette grande muraille. Chargé des fouilles, Rafael Cobos souhaite établir la relation que cette muraille pouvait avoir le Grand Terrain de jeu de balle mais aussi reconstituer (dans la mesure du possible) un puzzle gigantesque de pierres sculptées en bas-relief. Les fouilles reprendront en mars pour une troisième campagne. D'autre part, l'ensemble situé au Nord-ouest et appelé Gran Nivelacion, dont la superficie est de huit hectares, sera une des priorités.

L'année dernière, les travaux se sont concentrées sur l'extrémité occidentale du mur. Des objets en céramique, du matériel lithique et des morceaux de coquillages marins avaient été découverts. Les travaux de reconnaissance ont permis d'établir que la muraille n'était pas continue : des obstacles naturels et orographiques servaient alors de protection. Il a été également établi qu'une partie de la muraille a été sciemment détruite pour construire le Complexe du Grand Terrain de jeu de balle. Selon l'archéologue Rodolfo Canto Carrillo, cette structure a certainement été la dernière construite dans la partie nord du site.


Muraille de Chichen Itza, Epiclassique, Maya.
Photo disponible le 13 janvier 2009 sur http://dti.inah.gob.mx/images/stories/boletines/2010/Enero/12_enero/muralla_web.jpg

La phase de construction la plus ancienne de la muraille comprenait trois étapes dont la plus ancienne remonterait entre 900 et 950. Elle fut ensuite modifiée à la fin du Xe siècle ou au début du XIe siècle. Canto Carrillo explique les trois étapes de construction de la manière suivante. La première se caractérise par un style fin et stylisée : les blocs utilisés avaient été spécialement taillés pour l'occasion. La seconde a vu l'apparition d'escaliers, de plusieurs accès, de structures défensives dans un style plus grossier. La troisème et dernière phase est constituée de pierres travaillées en bas-relief. Elles ont été utilisés sur certaines parties extérieures de la muraille, ce qui semble indiquer la réutilisation précipitée de matériels originaires d'autres structures.

Pour autant les archéologues semblent convaincu que cette muraille n'était pas que défensive. Selon leur hypothèse, elle permettait d'établir une frontière sociale entre le commun qui vivait en dehors de la cité et l'élite qui vivait au sein de la partie religieuse.


Addenda :
De bonnes photos d'Ek Balam sont d'ailleurs consultables ici et .

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…