Accéder au contenu principal

Fouilles et restaurations de la muraille de Chichen Itza

Et on reparle de Chichen Itza, mais dans une perspective moins "people" que dans notre pénultième note. Quand on visite Chichen Itza ou la plupart des sites mayas, on a du mal à imaginer que la plupart disposait de structures défensives qui protégeaient la cité des invasions et des incendies. Certaines, comme Ek Balam, rivale de Chichen Itza, avait même une triple muraille, parfaitement visible sur ce cliché et cette vue aérien.

Chichen Itza disposait d'une solide muraille qui séparait notamment le centre cérémoniel avec le Castillo et le fameux cenote des sacrifices. Il faut dire que l'ensemble était encore bien couvert par la végétation. Les vendeurs ambulants,disposés de part et d'autre de l'ancienne sacbé, empêchent de le voir. Faute d'avoir l'autorisation de l'auteur, voici un lien qui vous montrera une vue de la muraille, objet de notre note.

Appuyée par l'INAH, l'Université Autonome du Yucatan a ainsi récemment entamé un programme de restauration et de fouilles autour de cette grande muraille. Chargé des fouilles, Rafael Cobos souhaite établir la relation que cette muraille pouvait avoir le Grand Terrain de jeu de balle mais aussi reconstituer (dans la mesure du possible) un puzzle gigantesque de pierres sculptées en bas-relief. Les fouilles reprendront en mars pour une troisième campagne. D'autre part, l'ensemble situé au Nord-ouest et appelé Gran Nivelacion, dont la superficie est de huit hectares, sera une des priorités.

L'année dernière, les travaux se sont concentrées sur l'extrémité occidentale du mur. Des objets en céramique, du matériel lithique et des morceaux de coquillages marins avaient été découverts. Les travaux de reconnaissance ont permis d'établir que la muraille n'était pas continue : des obstacles naturels et orographiques servaient alors de protection. Il a été également établi qu'une partie de la muraille a été sciemment détruite pour construire le Complexe du Grand Terrain de jeu de balle. Selon l'archéologue Rodolfo Canto Carrillo, cette structure a certainement été la dernière construite dans la partie nord du site.


Muraille de Chichen Itza, Epiclassique, Maya.
Photo disponible le 13 janvier 2009 sur http://dti.inah.gob.mx/images/stories/boletines/2010/Enero/12_enero/muralla_web.jpg

La phase de construction la plus ancienne de la muraille comprenait trois étapes dont la plus ancienne remonterait entre 900 et 950. Elle fut ensuite modifiée à la fin du Xe siècle ou au début du XIe siècle. Canto Carrillo explique les trois étapes de construction de la manière suivante. La première se caractérise par un style fin et stylisée : les blocs utilisés avaient été spécialement taillés pour l'occasion. La seconde a vu l'apparition d'escaliers, de plusieurs accès, de structures défensives dans un style plus grossier. La troisème et dernière phase est constituée de pierres travaillées en bas-relief. Elles ont été utilisés sur certaines parties extérieures de la muraille, ce qui semble indiquer la réutilisation précipitée de matériels originaires d'autres structures.

Pour autant les archéologues semblent convaincu que cette muraille n'était pas que défensive. Selon leur hypothèse, elle permettait d'établir une frontière sociale entre le commun qui vivait en dehors de la cité et l'élite qui vivait au sein de la partie religieuse.


Addenda :
De bonnes photos d'Ek Balam sont d'ailleurs consultables ici et .

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…