Accéder au contenu principal

Polémique sur la manipulation de l'histoire par certains tlatloanis

Lié à la non moins célèbre sur la quantité de victimes sacrificielles au Grand Temple de Tenochtitlan, un débat polémique a surgi sur la liste Aztlan suite à une remarque que j'ai fait sur cette même liste : l'histoire mexica de Tenochtitlan a été modifiée consciemment par plusieurs de ses dirigeants. Ce constat simple, reconnu par une très grande majorité de la communauté mésoaméricaniste et documenté par l'archéologie et par plusieurs textes, a cependant été battu en brêche par Roberto Romero Gil.

Je ne saurai reproduire ici l'intégralité de son message (tant par sa longueur que par la langue utilisée).  J'essaierai donc d'en faire un résumé aussi objectif que possible. La question essentielle est de savoir quelles parties de l'histoire mexica avaient été manipulés. Suit une longue liste des épisodes qui, selon Gil, sont considérés à tort comme manipulation par les chercheurs modernes. Il rejette ainsi en bloc l'idée qu'Itzcoatl ait pu faire brûler des codex qui auraient pu contenir ou cacher l'origine chichimèque ou la condition de tributaire de Tenochtitlan.

Un des arguments avancés par Gil est le fait que la tradition mexica était essentiellement orale et que les codex étaient essentiellement à usage rituel. Mais Romero Gil oublie que la tradition orale est plus facile à manipuler que la tradition écrite. De plus l'enseignement de l'histoire et des rituels chez les Mexicas n'étaient pas accessibles à tous. Seule une élite y avait accès. Cela facilitait la manipulation des masses.

Or tous ces éléments, on les connaît par l'archéologique mais également par les chroniques plus ou moins tardives, plus ou moins partiales qui sont arrivées jusqu'à nous. Je répondrai cependant en posant d'autres questions : comment expliquer que nous connaissions si peu sur les premiers tlatloanis ? Pourquoi n'avons aucune trace de codex mexicas-tenochcas (en dehors du fait que les Espagnols aient procédé à de nombreux autodafés) ? Comment expliquer que Moctezuma décide de changer l'année du Feu Nouveau d'une date 1 Lapin à 2 Roseau comme le montre clairement le Teocalli de la Guerre Sacrée ?

Certes, l'historiographie des Mexicas pose encore de nombreux problèmes cruciaux, comme le souligne Jerry Offner sur Aztlan. Mais Romero Gil a toujours caractérisé sa pensée de manière à glorifier un passé aztèque sans tâche, à revendiquer une graphie du nahuatl qui fait fi des textes classiques qui sont pourtant la base de nos recherches, appelant une forme d'intégrisme paradoxale. Je ne suis pas du genre à faire des arguments ad hominem. Mais les références au nazisme pour qualifier la vision actuelle qu'ont les chercheurs sur Itzcoatl  est exagérée et mal venue de la part d'une personne qui n'a pas vécu directement ou indirectement les horreurs et les conséquences du nazisme. C'est aussi insulter le travail de nombre de chercheurs. Rappelons que ce monsieur est indépendant, sans attache à une université ou un laboratoire de recherches.

Enfin s'il est bien un truisme dans les études historiques, y compris dans l'histoire moderne, c'est de considérer qu'il est plus avantageux de cacher les casseroles et de glorifier certains faits qui ne le méritaient pas vraiment. Prenons un cas mexicain et un exemple français. C'est bien le président Miguel Aleman, qui dans le but de glorifier l'armée mexicaine face au Président Harry Truman, a demandé la panthéonisation des fameux Niños Heroes en résistant héroïquement lors de l'invasion  des Américains en 1847. En fait les faits sont différents : les Mexicains disposaient de plus de soldats que les Américains mais, en manque d'armes et de munitions, la majorité a préféré fuire le champ de bataille et délaisser Chapultepec. Voilà comment manipuler le passé pour en tirer parti.

Côté français, on enseigne rien des guerres de la décolonisation. Si on découvre peu à peu les exactions de l'armée français pendant la Guerre d'Algérie, que sait-on du conflit meurtrier entre la France et le Cameroun ? Rien si ce n'est que 50 ans plus tard, les Camerounais ont fêté leur indépendance. En France, pas un mot sur le sujet. Ici, ce qui ne favorise pas un pays n'est pas mentionné dans l'histoire.

Le passé n'est pas seulement manipulé : il est caché. Les exemples ne manquent pas à travers l'histoire de l'humanité tendent donc à le prouver. Pourquoi diable n'en serait-il pas de même avec les Tenochas ou les Mayas ?

Heureusement certaines personnes de bon sens comme Michael Smith ou Jerry Offner ont produit des références qu'on peut trouver assez facilement. Parmi celles qu'il convient de retenir, voici deux articles de en format .pdf .

2005. "Memoria y olvido, ostracismo y propaganda: El Imperio Tepaneca en fuentes e historiografía." In Revista Española de Antropología Americana, 35, Madrid, p. 117-131.

2007. "Cuauhnahuac ante la hegemonía tepaneca". In Estudios de Cultura Náhuatl, 38, UNAM, Mexico, p. 313-343.

On ajoutera à cette liste le travail de Susan Gillespie :
1989. The Aztec Kings: The Construction of Rulership in Mexica History. University of Arizona Press, Tucson.

2008. "Blaming Moteuczoma: Anthropomorphizing the Aztec Conquest". In Invasion and Transformation: Interdisciplinary Perspectives on the Conquest of Mexico, edited by Rebecca P. Brienen and Margaret A. Jackson. University Press of Colorado, Boulder, pp. 25-56.

Ajoutons enfin cet article rédigé par Michael Smith.
2005. "Motecuhzoma II". In Berkshire Encyclopedia of World History, edited by William H. McNeill, pp. 1302-1303, vol. 3. Berkshire Publishing, Great Barrington, MA.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…