Accéder au contenu principal

Séismes et conservation du patrimoine au Mexique

12 jours après le tremblement de terre mortiforme qui a ravagé Haïti en faisant plus de 111000 morts, l'INAH se pose des questions sur les mesures à adopter en cas d'une catastrophe similaire sur le territoire mexicain.

D'abord, il convient de rappeler que bon nombre de Mexicains restent passablement traumatisés après un événement similaire en 1985. Heureusement le pays a appris à s'organiser (avec ou sans son gouvernement d'ailleurs). Il est également important de noter que cinq secousses quotidiennes touchent le Mexique, principalement le long de la côté Pacifique, du Chiapas à la Baja California Norte, en passant par le Guerrero, Oaxaca, ou le Sinaloa.

En 1999, le site zapotèque de Monte Alban, Oaxaca, connaissait des dommages notables suite à un séisme de 7,4 degrés sur l'échelle ouverte de Richter. La directrice de cette zone archéologique classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, Nelly Garcia Robles, a expliqué que vingt édifices avaient subi des dommages importants. Pas moins de deux cents ouvriers et cinquante chercheurs furent alors mobilisés pendant une année complète pour les restaurer et renforcer.

En outre elle dément l'idée préconçue selon laquelle les édifices anciens et millénaires, sous prétexte d'avoir passé les siècles, sont plus solides que les bâtiments modernes. Certains édifices se sont écroulés, d'autres se sont fissurés, d'autres ont été partagés en plusieurs morceaux.

Depuis lors, le gouvernement japonais a offert un sismographe pour surveiller l'activité sismique sur le site. Les édifices qui s'étaient partiellement ou intégralement effondrés sont surveillés presque personnellement. Un hydrothermographe sert à relever l'humidité près des peintures murales.

Mais qu'adviendrait-il sur des site plus étendus comme Teotihuacan, Chichen, El Tajin ou Cholula ?

Références bibliographiques:
Robles Garcia, Nelly (éd.). Los monumentos arqueológicos de Monte Albán ante los desastres naturales: el sismo de 1999. INAH, Mexico

2 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…