Accéder au contenu principal

Ouverture de Plan de Ayutla, Chiapas en 2012

Les annonces d'ouverture de nouvelles zones archéologiques au public se poursuivent. Le touriste ne s'en plaindra pas. Ni le gouvernement mexicain dirigé par Felipe Calderon. Il faut dire qu'après le pétrole, le tourisme reste la seconde source de devises pour le pays. Après une année 2010 morose, minée par l'épidémie de grippe AH1N1, la crise économique, et la réputation de plus en plus sulfureuse du pays, le gouvernement espère bien profiter de l'expertise des archéologues et travailleurs de l'INAH pour proposer des destinations différentes pour augmenter le tourisme culturel dans les mois et années à venir.



Ill. 1. Edifice de Plan de Ayutla, Chiapas.
Photo retrouvée le 25 janvier 2010 sur

Plan de Ayutla sera donc parmi les derniers sites à être inaugurés. Situé dans l'état du Chiapas, comme Lagartero que nous avons rapidement présenté il y a peu, Plan de Ayutla est situé sur les berges de l'Usumacinta, et regroupait soixante-quatorze bâtiments répartis sur trois acropoles, l'ensemble étant disposé sur vingt-cinq hectares. Le site fut occupé dès le Préclassique tardif (vers 150 avant Jésus-Christ) jusqu'à l'Epiclassique (vers 1000 de notre ère).



Afficher Zones archéologiques présentées sur Mexique Ancien sur une carte plus grande
Ill. 2 . Carte des Hautes Terres

Les mêmes inscriptions ont révélé deux noms possibles du temps de sa splendeur. Le premier toponyme serait Sak T’zi’ (Chien Blanc) : elle aurait été impliquée alors  dans de nombreux conflits avec d'importantes cités des Hautes Terre comme Tonina (Popo), Palenque et Yaxchilan (Pa' Chan), au Mexique ou Piedras Negras (Yo'ki'b) au Guatemala (ill.2).


Ill. 3. Maquette de Piedras Negras, Guatemala.
Photo retrouvée le 25 janvier 2010, sur Wikipedia en français.

Une deuxième interprétation propose le toponyme d'Ak'e (Tortue). Elle repose en partie sur l'idée que les fondateurs de Bonampak, située à 25 kilomètres, aient quitté la ville en portant le glyphe-emblème Ak'e.

Non content d'héberger un corpus hiéroglyphique de premier choix pour les épigraphistes mayistes, Plan de Ayutla compte également sur le plus grand terrain de jeu de balle des Hautes Terres : 85 m de long sur 40 m de large. Les différentes constructions qui sont actuellement restaurées ont une architecture rappelant beaucoup celle de Tonina (ill.5). Certains éléments architecturaux comme les autels à colonne permettent de corroborer la vassalité de Ak'e / Sak T'zi à Tonina.



Vue générale de Tonina, Chiapas.
Photo : Simon Burchell, 11 mars 2007. Disponible le 21 janvier 2010 sur :

La deuxième partie de l'article proposé sur le site de l'INAH fait la part belle à des explications économiques : un million deux cents mille pesos ont été investis dans les fouilles et restaurations d'une dizaine d'édifices de l'acropole nord. Les  édifices 1, 2, 3, et 13 de l'Acropole nord de Plan de Ayutla ont été complètement dégagés et fouillés. Reste à voir quels seront les prohaines campagnes de fouilles.

Références bibliographiques et multimédias :

Martin, Simon; and Nikolai Grube
(2000). Chronicle of the Maya Kings and Queens: Deciphering the Dynasties of the Ancient Maya. Thames & Hudson, London and New York.

Schele, Linda et David Freidel


Stuart, David
(2002). "An Unusual Calendar Cycle at Tonina" (PDF online publication). Mesoweb articles. Mesoweb: An Exploration of Mesoamerican Cultures. Retrouvé le 21 janvier 2001 sur http://www.mesoweb.com/stuart/notes/Cycle.pdf.

Yadeun, Juan
(2001). "El Museo de Toniná: Territorio del tiempo". In Arqueología Mexicana, Vol. IX, número 50, Julio-Agosto 2001, Editorial Raices-INAH, Mexico, pp.44-49.

Toniná at the Peabody Museum of Archaeology and Ethnology Corpus of Maya Hieroglyphic Inscriptions.

D'autres publications sur cette partie du Haut Usumacinta sont disponibles dans les Texas Notes.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…