Accéder au contenu principal

Ouverture de Plan de Ayutla, Chiapas en 2012

Les annonces d'ouverture de nouvelles zones archéologiques au public se poursuivent. Le touriste ne s'en plaindra pas. Ni le gouvernement mexicain dirigé par Felipe Calderon. Il faut dire qu'après le pétrole, le tourisme reste la seconde source de devises pour le pays. Après une année 2010 morose, minée par l'épidémie de grippe AH1N1, la crise économique, et la réputation de plus en plus sulfureuse du pays, le gouvernement espère bien profiter de l'expertise des archéologues et travailleurs de l'INAH pour proposer des destinations différentes pour augmenter le tourisme culturel dans les mois et années à venir.



Ill. 1. Edifice de Plan de Ayutla, Chiapas.
Photo retrouvée le 25 janvier 2010 sur

Plan de Ayutla sera donc parmi les derniers sites à être inaugurés. Situé dans l'état du Chiapas, comme Lagartero que nous avons rapidement présenté il y a peu, Plan de Ayutla est situé sur les berges de l'Usumacinta, et regroupait soixante-quatorze bâtiments répartis sur trois acropoles, l'ensemble étant disposé sur vingt-cinq hectares. Le site fut occupé dès le Préclassique tardif (vers 150 avant Jésus-Christ) jusqu'à l'Epiclassique (vers 1000 de notre ère).



Afficher Zones archéologiques présentées sur Mexique Ancien sur une carte plus grande
Ill. 2 . Carte des Hautes Terres

Les mêmes inscriptions ont révélé deux noms possibles du temps de sa splendeur. Le premier toponyme serait Sak T’zi’ (Chien Blanc) : elle aurait été impliquée alors  dans de nombreux conflits avec d'importantes cités des Hautes Terre comme Tonina (Popo), Palenque et Yaxchilan (Pa' Chan), au Mexique ou Piedras Negras (Yo'ki'b) au Guatemala (ill.2).


Ill. 3. Maquette de Piedras Negras, Guatemala.
Photo retrouvée le 25 janvier 2010, sur Wikipedia en français.

Une deuxième interprétation propose le toponyme d'Ak'e (Tortue). Elle repose en partie sur l'idée que les fondateurs de Bonampak, située à 25 kilomètres, aient quitté la ville en portant le glyphe-emblème Ak'e.

Non content d'héberger un corpus hiéroglyphique de premier choix pour les épigraphistes mayistes, Plan de Ayutla compte également sur le plus grand terrain de jeu de balle des Hautes Terres : 85 m de long sur 40 m de large. Les différentes constructions qui sont actuellement restaurées ont une architecture rappelant beaucoup celle de Tonina (ill.5). Certains éléments architecturaux comme les autels à colonne permettent de corroborer la vassalité de Ak'e / Sak T'zi à Tonina.



Vue générale de Tonina, Chiapas.
Photo : Simon Burchell, 11 mars 2007. Disponible le 21 janvier 2010 sur :

La deuxième partie de l'article proposé sur le site de l'INAH fait la part belle à des explications économiques : un million deux cents mille pesos ont été investis dans les fouilles et restaurations d'une dizaine d'édifices de l'acropole nord. Les  édifices 1, 2, 3, et 13 de l'Acropole nord de Plan de Ayutla ont été complètement dégagés et fouillés. Reste à voir quels seront les prohaines campagnes de fouilles.

Références bibliographiques et multimédias :

Martin, Simon; and Nikolai Grube
(2000). Chronicle of the Maya Kings and Queens: Deciphering the Dynasties of the Ancient Maya. Thames & Hudson, London and New York.

Schele, Linda et David Freidel


Stuart, David
(2002). "An Unusual Calendar Cycle at Tonina" (PDF online publication). Mesoweb articles. Mesoweb: An Exploration of Mesoamerican Cultures. Retrouvé le 21 janvier 2001 sur http://www.mesoweb.com/stuart/notes/Cycle.pdf.

Yadeun, Juan
(2001). "El Museo de Toniná: Territorio del tiempo". In Arqueología Mexicana, Vol. IX, número 50, Julio-Agosto 2001, Editorial Raices-INAH, Mexico, pp.44-49.

Toniná at the Peabody Museum of Archaeology and Ethnology Corpus of Maya Hieroglyphic Inscriptions.

D'autres publications sur cette partie du Haut Usumacinta sont disponibles dans les Texas Notes.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…