Accéder au contenu principal

Réouverture du Palais dit de Quetzalpapalotl à Teotihuacan

Depuis sa découverte et sa première restauration par Jorge Acosta en 1962, le Palais dit de Quetzalpapalotl, n'avait jamais fait l'objet d'une restauration aussi importante. Après avoir diagnostiqué la détérioration rapide du bâtiment en 2009, l'INAH a confié à l'archéologue Verónica Ortega, la tâche ardue de le remettre d'aplomb. Cette réinauguration coïncide avec le 25e anniversaire de l'inscription du site de Teotihuacan au Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO.


Patio des Piliers avant restauration, Palais de Quetzalpapalotl, Teotihuacan.
Classique ancien.
Photo : Antoine Hubert, prise le 17/05/2008. 
Disponible le 26/08/2012 : 

Un des principaux problèmes consistaient notamment en l'utilisation de ciment et béton armé lors de la restauration. A l'époque, on considérait que ces matériaux modernes étaient à l'épreuve du temps et des intempéries. Or on sait que depuis quelques années, il n'en est rien : de plus en plus de restauration monumentales s'effectuent en utilisant les matières premières dont disposaient les constructeurs à l'époque. Certaines restaurations ont permis de retrouver les techniques de construction grâce à l'archéologie expérimentale. Dans le cas du Palais de Quetzalpapalotl, les travaux ont d'abord été orientés vers l'élimination de l'humidité et la canalisation des eaux de pluie vers l'extérieur du bâtiment.

Patio des Piliers restauré, Palais de Quetzalcoatl, Teotihuacan.
Photo : Mauricio Marat/INAH

Les travaux ont été effectués sur les stucs et les peintures murales afin de leur rendre un certain éclat qui leur faisait défaut. Il convient de rappeler qu'à la différence d'autres complexes résidentiels, le Palais de Quetzalpapalotl est orné de peintures à motifs abstraits et géométriques qui pourraient faire allusion à l'eau et à la fertilité. On peut également y observer des incrustations de mica et d'obsidienne.

Une autre originalité du Palais est la présence de sa cour intérieur entourée de piliers sculptés en bas-reliefs. Sur les côtés est, nord et sud, on peut voir des quetzalli, oiseaux à connotation solaire. Sur le côté ouest, on peut observer ce qui semble être des chouettes, oiseaux nocturnes. Des incrustations d'obsidienne représentent notamment les yeux des animaux.

Columna 01 Quetzalpapálotl

Quetzal sculpté, Patio des piliers, Palais de Quetzalpapalotl, Teotihuacan.
Photo : Alfonso Mendoza Ramos. 

Les crêtes stuquées et peintes qui sont incrustés dans le toit du bâtiment ont bénéficié d'un traitement spécial.

Cette restauration a permis également de creuser plusieurs puits de sondage dans le but de retrouver les phases de construction de cet édifice et d'établir ainsi son rapport avec le reste de la place de la Pyramide de la Lune.Selon Ortega Cabrera, la distribution des espaces a fortement évolué. Dans les premières étapes (vers 350 de notre ère), n'y avait aucun accès à la Pyramide de la Lune. Puis vers 450, la structure dite des Coquillages emplumés a été complètement recouverte par la construction du Palais de Quetzalcoatl, qui offrait cet accès à la place de la Pyramide de la Lune.

Une autre découverte correspond aux chambres entourant le Patio des Piliers : les archéologues ont découvert un système d'écoulement des eaux. Des pigments de peinture rouge y ont été observés, permettant d'établir l'hypothèse que des prêtres peints en rouge se lavaient et teignaient l'eau qui courrait dans cette "tuyauterie".

La réouverture du Palais de Quetzalpapalotl a obligé à réaménager le sens et la manière de le visiter. Désormais l'accès se fait depuis le Patio des Jaguars, puis par les Coquillages emplumés, par groupe de vingt personnes et dans un délai de dix minutes. Le parcours inclut une série d'informations qui permet de mieux comprendre l'importance de ce bâtiment.

Vous pouvez notamment voir un diaporama sur les travaux de restauration sur le site de l'INAH. Dans la même note publié sur ce site, on retrouvera aussi le lien vers la balade virtuelle à Teotihuacan et une vidéo. Le bulletin publié sur le site est disponible ici.


(Mise à jour du 30/10/2012) Nos collègues du carnet mexicain arKeopatías ont mis en ligne deux vidéos de la cérémonie de réouverture de ce bâtiment.





Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…