Accéder au contenu principal

Réouverture du Palais dit de Quetzalpapalotl à Teotihuacan

Depuis sa découverte et sa première restauration par Jorge Acosta en 1962, le Palais dit de Quetzalpapalotl, n'avait jamais fait l'objet d'une restauration aussi importante. Après avoir diagnostiqué la détérioration rapide du bâtiment en 2009, l'INAH a confié à l'archéologue Verónica Ortega, la tâche ardue de le remettre d'aplomb. Cette réinauguration coïncide avec le 25e anniversaire de l'inscription du site de Teotihuacan au Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO.


Patio des Piliers avant restauration, Palais de Quetzalpapalotl, Teotihuacan.
Classique ancien.
Photo : Antoine Hubert, prise le 17/05/2008. 
Disponible le 26/08/2012 : 

Un des principaux problèmes consistaient notamment en l'utilisation de ciment et béton armé lors de la restauration. A l'époque, on considérait que ces matériaux modernes étaient à l'épreuve du temps et des intempéries. Or on sait que depuis quelques années, il n'en est rien : de plus en plus de restauration monumentales s'effectuent en utilisant les matières premières dont disposaient les constructeurs à l'époque. Certaines restaurations ont permis de retrouver les techniques de construction grâce à l'archéologie expérimentale. Dans le cas du Palais de Quetzalpapalotl, les travaux ont d'abord été orientés vers l'élimination de l'humidité et la canalisation des eaux de pluie vers l'extérieur du bâtiment.

Patio des Piliers restauré, Palais de Quetzalcoatl, Teotihuacan.
Photo : Mauricio Marat/INAH

Les travaux ont été effectués sur les stucs et les peintures murales afin de leur rendre un certain éclat qui leur faisait défaut. Il convient de rappeler qu'à la différence d'autres complexes résidentiels, le Palais de Quetzalpapalotl est orné de peintures à motifs abstraits et géométriques qui pourraient faire allusion à l'eau et à la fertilité. On peut également y observer des incrustations de mica et d'obsidienne.

Une autre originalité du Palais est la présence de sa cour intérieur entourée de piliers sculptés en bas-reliefs. Sur les côtés est, nord et sud, on peut voir des quetzalli, oiseaux à connotation solaire. Sur le côté ouest, on peut observer ce qui semble être des chouettes, oiseaux nocturnes. Des incrustations d'obsidienne représentent notamment les yeux des animaux.

Columna 01 Quetzalpapálotl

Quetzal sculpté, Patio des piliers, Palais de Quetzalpapalotl, Teotihuacan.
Photo : Alfonso Mendoza Ramos. 

Les crêtes stuquées et peintes qui sont incrustés dans le toit du bâtiment ont bénéficié d'un traitement spécial.

Cette restauration a permis également de creuser plusieurs puits de sondage dans le but de retrouver les phases de construction de cet édifice et d'établir ainsi son rapport avec le reste de la place de la Pyramide de la Lune.Selon Ortega Cabrera, la distribution des espaces a fortement évolué. Dans les premières étapes (vers 350 de notre ère), n'y avait aucun accès à la Pyramide de la Lune. Puis vers 450, la structure dite des Coquillages emplumés a été complètement recouverte par la construction du Palais de Quetzalcoatl, qui offrait cet accès à la place de la Pyramide de la Lune.

Une autre découverte correspond aux chambres entourant le Patio des Piliers : les archéologues ont découvert un système d'écoulement des eaux. Des pigments de peinture rouge y ont été observés, permettant d'établir l'hypothèse que des prêtres peints en rouge se lavaient et teignaient l'eau qui courrait dans cette "tuyauterie".

La réouverture du Palais de Quetzalpapalotl a obligé à réaménager le sens et la manière de le visiter. Désormais l'accès se fait depuis le Patio des Jaguars, puis par les Coquillages emplumés, par groupe de vingt personnes et dans un délai de dix minutes. Le parcours inclut une série d'informations qui permet de mieux comprendre l'importance de ce bâtiment.

Vous pouvez notamment voir un diaporama sur les travaux de restauration sur le site de l'INAH. Dans la même note publié sur ce site, on retrouvera aussi le lien vers la balade virtuelle à Teotihuacan et une vidéo. Le bulletin publié sur le site est disponible ici.


(Mise à jour du 30/10/2012) Nos collègues du carnet mexicain arKeopatías ont mis en ligne deux vidéos de la cérémonie de réouverture de ce bâtiment.





Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…