Accéder au contenu principal

« Le Cinquième Soleil » s’est levé sur la Corrèze

 Ceci est un billet invité rédigé par Erik Le Bras.

22 ans après l’exposition du Grand Palais, le musée du président Jacques Chirac (Sarran) met à l’honneur les cultures du Mexique préhispanique. Cet événement culturel souhaité par la conseillère générale de la Corrèze, madame Bernadette Chirac, présente jusqu’au 11 novembre prochain quelques 200 prêts exceptionnels du musée du quai Branly, de la Bibliothèque de l’Assemblée nationale et d’importants collectionneurs privés parisiens.

Pourquoi le Cinquième Soleil ?

Le titre fait référence au logo, le glyphe aztèque Ollin,  qui accompagne le visiteur tout au long de l’exposition. Il est également un clin d’œil à la fin du monde prétendument annoncée par les Mayas puisque la date « Quatre Mouvement » marquera l’achèvement du Cinquième Soleil…

Le Parcours de l’exposition

« Le Cinquième Soleil » s’organise chronologiquement en 9 sections : les 8 premières traitent des principales cultures de la Mésoamérique tandis que la dernière illustre le goût des surréalistes pour les arts anciens et populaires du Mexique.

1.      Les Olmèques et les cultures villageoises
De la première section, on retiendra notamment un ensemble de vénus provenant de Tlatilco, la figurine d’homme-félin du musée du quai Branly, des baby-faces, une statuette féminine au thorax ouvert ainsi que divers masques dont un orné d’un profil humain incisé.

2.      L’Occident du Mexique
Ici, ce sont majoritairement des terres cuites qui évoquent les principales traditions de l’ouest mexicain. Une maquette de maisons Nayarit, un chien assis Colima, un couple de « Cornudos » ou encore plusieurs vénus Chupicuaro ayant appartenues à Guy Joussemet (ce collectionneur offrit au quai Branly la fameuse Chupicuaro qui trône aujourd’hui au pavillon des sessions du Louvre) n’en sont que quelques exemples admirables.

3.      Le Guerrero
Cette troisième unité est consacrée aux cultures Chontal et Mezcala. Les objets les plus intéressants sont peut-être la façade miniature d’un temple à quatre colonnes et deux sculptures anthropomorphes fortement stylisées.

4.      Teotihuacan
Une exceptionnelle statue anthropomorphe du quai Branly introduit l’art de la cité des Dieux. La sculpture en question fut acquise par l’Etat français en 1850 pour le « musée des antiquités américaines » du Louvre, l’un des premiers de ce genre en Europe. Outre cette pièce, on remarquera également un encensoir de type théâtre, quelques masques, une figurine articulée en terre cuite, un brasero en tuf à l’effigie de Huehueteotl, le vase dit « aux papillons » du quai Branly…

5.      La côte du Golfe au classique
La sobriété de l’art Teotihuacan cède la place à la production exubérante des cultures de l’Etat de Veracruz. Bien que les terres cuites exposées soient d’une grande qualité, c’est surtout le complexe joug-hache-palme qui suscite l’attention : joug représentant un crapaud ou un visage humain, palme à tête de jaguar ou aux motifs géométriques entrelacés, hache en forme de crâne ou de Coati… autant d’artefacts qui renvoient au jeu de balle et sa finalité sacrificielle.

6.      Les Zapotèques
C’est au travers de deux vases-effigies anthropomorphes et d’un important fragment de brasero à l’image de Huehueteotl, que les Zapotèques se dévoilent au public. Etant vu que près du quart des céramiques de cette culture sont fausses, celles présentées à Sarran ont été authentifiées par thermoluminescence.

7.      Les Mayas
A défaut de trouver les preuves d’une improbable prochaine fin du monde, les pseudo-scientifiques de l’anéantissement pourront toujours s’extasier devant des jades, des plats et des vases polychromes richement décorés de scènes mythiques, des panneaux sculptés ou des sifflets-anthropomorphes de l’île de Jaïna. Toutefois, un silex excentrique force notre admiration plus que tout le reste.

8.      Les Aztèques et les cultures du postclassique
L’avant-dernière section est dédiée aux Aztèques et leurs voisins huaxtèques, mixtèques et tarasques. L’art mexica domine le corpus avec une statue anthropomorphe masculine debout, un buste de Xipe-Totec, un coffret en pierre contenant le glyphe de Montezuma II, des sculptures représentant Ehecatl-Quetzalcoatl, Chalchiuhtlicue et une cihuateotl ainsi qu’un fac-similé du codex Borbonicus daté du XIXième siècle.

9.      Les arts populaires
L’exposition se termine sur une composition d’objets préhispaniques et populaires dont l’apparente liberté des formes inspira les Surréalistes. Plusieurs pièces exposées appartinrent à André Breton comme ce splendide masque Teotihuacan du pavillon des sessions du musée du Louvre.

Le catalogue

Le catalogue est actuellement en préparation (sortie prévue pour septembre). Il sera agrémenté des articles suivants :

-     Le Cinquième soleil sera-t-il le dernier ? - Claude-François Baudez et Véronique Campion-Vincent
-          L’Occident s’éveille aux arts amérindiens - Henri Stierlin
-          La civilisation olmèque - Claude-François Baudez
-          L’Occident du Mexique - Nicolas Latsanopoulos
-          Teotihuacan, cité des Dieux - Nathalie Ragot
-          La côte du Golfe au Classique - Sylvie Peperstraete
-          La tenue de cérémonie du joueur de balle mésoaméricain - Ted J. J. Leyenaar
-          La culture zapotèque - Nathalie Ragot
-          Unité et diversité de la civilisation maya - Claude-François Baudez
-          Les Aztèques et les cultures du postclassique - Sylvie Peperstraete
-          La beauté convulsive du papillon d’obsidienne - Carmen Bernand

Les Parisiens qui n’auront pas la chance de se rendre à Sarran, pourront toujours se procurer le catalogue à la librairie du musée du quai Branly.

Informations pratiques

Musée du président Jacques Chirac
19 800 Sarran, à 23 km au nord-est de Tulle (voiture indispensable)
Téléphone : 05 55 21 77 77
Ouvert tous les jours de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h
Plein tarif : 4 €
Tarif réduit : 2,5 €

Voici le film de présentation de l'exposition, visible sur Youtube.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…