Accéder au contenu principal

Un contexte funéraire inédit découvert au Templo Mayor

Un des avantages à visiter des chantiers est de disposer d'informations qui ne sont pas encore publiées ou seulement commentées entre les spécialistes concernés. En juillet dernier, j'ai eu l'occasion, comme pratiquement chaque année, de faire un petit sur le terrain de jeu pour archéologues qu'est le Grand Temple de Mexico-Tenochtitlan. Je ne suis pas le premier ni le dernier à le faire. Parfois on peut ainsi bénéficier des précisions importantes apportées par les archéologues eux-mêmes.

Depuis l'année dernière la place Manuel Gamio abritera très prochainement un nouvel accès à la zone archéologique et au musée du site. C'est dans ce contexte qu'il y a quelques mois le PAU (Proyecto de Arqueología Mexicana) dirigé par Raúl Barrera Rodríguez avait mis au jour une structure arrondi (un des cinq cuauhxicalco) et une série de vingt et une pierre sculptées et incrustées dans un pavement datée de la phase V du centre cérémoniel.

Les fouilles de sauvetage se poursuivent au rythme de la construction de l’accès, qui ne peut-être que temporairement stoppé. Il y a quelques semaines, Rocio Morales et Perla Ruiz ont mis au jour un enterrement unique en son genre. Il s'agit de restes osseux d'une femme couché sur le côté. Comment sait-on qu'il s'agit d'une femme ? Les médecins légaux le déterminent par la forme de son crâne et de son pelvis. La nouveauté prend la forme de 1789 autres ossements humains disposés autour de cette femme.

Parmi eux trois crânes d'enfants et sept autres d'adultes donnent une première idée du nombre d'accompagnateurs de la défunte. Certaines vertèbres et fragments de sternums semblent présenter des traces de découpe. Cet ossuaire a été retrouvé à cinq mètres sous le niveau actuel du sol, sous des pierres de pavement appartenant à la Phase V du Templo Mayor, soit entre 1481 et 1486 de notre ère. Ses dimensions sont cependant très restreintes : 1,9 m de long sur 65 cm de large. Cependant les archéologues n'excluent pas que ces ossements aient été exhumés ailleurs avant d'être déposés autour de cette femme : fémurs et côtes étaient groupés en petits tas. Tous seront soumis à des analyses ostéologiques pour déterminer le nombre, le sexe, l'âge, les pathologies et les activités des individus présents dans cette offrande.

A quelques 35 cm à gauche du corps de la jeune femme, les fouilleurs ont retrouvé une petite structure large d'1,6 m de diamètre, stuquée et vide en son centre. Là reposait le tronc de chêne dont une première datation par le contexte remonte ver 1460 à 1469 de notre ère, soit la Phase IV de construction du Templo Mayor. Cet édicule est situé juste en face du cuauhxicalli que nous mentionnions plus haut et qui reprend différents éléments de la geste de Huitzilopochtli. Pour Barrera, il ne fait aucun doute que cet arbre fait référence à son parent mythique : dans les mythes mexica de création, quatre arbres soutenaient la voûte céleste et régulaient les flux d'énergie entre terre et ciel. Le tronc découvert mesure 2,20 m de long pour 40 cm de large. Autre détail intéressant, il est fendu en deux, ce qui pourrait faire référence à un autre mythe mésoaméricain très répandu : la rupture de l'arbre de Tamoanchan, l'arbre du paradis originel. L'archéologue Edgar Nebot García poursuit ses travaux pour déterminer la relation entre cet édicule et celui de Huitzilopochtli. Pendant ce temps, le tronc en bon état est soumis à un traitement de conservation afin d'éviter sa destruction par les insectes.

Pour en savoir plus sur cette découverte singulière, je vous invite à consulter le bulletin en espagnol sur le site de l'INAH. Vous y retrouverez aussi un diaporama des fouilles.

Une vidéo présente la nouvelle sur Youtube.




Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…