Accéder au contenu principal

Un scénario d'abandon de Copan

Dans les colonnes virtuelles du quotidien Diario de Yucatan a été publié une série d'articles rédigés par German Reyes. Ils font suite à une conférence de presse et une visite organisées par le secrétariat au tourisme du Honduras afin de promouvoir le site, conséquence indirecte de la fascination mondiale qu'a provoqué la fausse prophétie maya de 2012.

L'archéologue français René Viel, présent à Copan depuis 1976, a proposé un scénario pour expliquer le déclin rapide qu'a connu Copan à partir de la mort du treizième roi de Copan, Uaxaclajuun Ub’aah Kawiil ou 18 Lapin. Capturé par son rival de Quirigua, il décéda le 7 mai 738.


Classique, Copan, Honduras.
Photo HPJV, disponible le 28/07/2012 sur : 

Uaxaclajuun Ub’aah Kawiil avait donné sa grandeur à la cité avec la construction de plusieurs bâtiments qu'on peut parfois encore admirer  aujourd'hui : le terrain de jeu de balle IIIA, un grand escalier hiéroglyphique ( en 710), une série de stèles traduisent parfaitement cette apogée de l'art maya copanèque. Il convient de préciser que l'escalier hiéroglyphique actuellement visible a été reconstruit et prolongé pendant le règne de K'ak' Yipyaj Chan K'awiil en 755.


Escalier hiéroglyphique de la Structure Esmeralda,
Classique récent, Copan, Honduras.
Photo : Peter Andersen, disponible le 28/07/2012 sur : 

Viel reprend notamment plusieurs arguments présentés dans son dernier ouvrage, Copan, ciudad de reyes, publié en 2011. Selon lui, plusieurs preuves médico-légales indiqueraient que la population a été décimée par la malnutrition et les maladies. On constate notamment un fort taux de mortalité infantile pour cette période. Après la disparition de Uaxaclajuun Ub’aah Kawiil, la ville est tombée sous la coupe de Quirigua. La plupart des produits consommés à Copan étaient alors importés, laissant la ville à la merci d'une crise alimentaire. Selon Viel, ces événements auraient pu provoquer l'ire des Copanèques contre leur roi et ils ont littéralement abandonné le site du jour au lendemain, abandonnant directement leurs outils pour un endroit non déterminé.

De son côté, l'archéologue guatémaltèque Edy Barrios a résumé ses travaux dans un complexe habitationnel de la Vallée du Rio Amarillo qui coule en contrebas du site archéologique. Barrios a notamment commenté la présence d'un four et de restes céramiques qui semblerait indiquer l'existence d'un quartier de tourneurs dont les bâtiments possédaient des fondations en dur alors que les parois et les toits étaient faits de matériaux périssables.

L'archéologue et épigraphe David Stuart vous propose une série de vidéos explicatives à propos de Copan sur le site compagnon du documentaire Lost King of the Maya.

Pour en savoir plus, consultez les références suivantes:
Viel, R.  (1998).  "La  interacción  entre  Copan  y  Kaminaljuyu".  In  XI  Simposio  de  Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, 1997 , (J.P. Laporte et H. Escobedo éds.), pp.568-573. Guatemala : Museo Nacional de Arqueología y Etnología. Document pdf disponible le 28/07/2012 sur : http://www.asociaciontikal.com/pdf/34.97_-_Rene_Viel.pdf.
Viel, R.  (1999). "El  periodo  Formativo  de  Copan,  Honduras.  In XII  Simposio  de  Investigaciones  Arqueológicas  en Guatemala, 1998 (J.P. Laporte y H. L. Escobedo éds.), pp.96-101. Guatemala : Museo Nacional de Arqueología y Etnología.  Document pdf disponible le 28/07/2012 sur : http://www.asociaciontikal.com/pdf/05.98%20-%20Viel.pdf.
Viel, R. et J. Hall (2000). "Las  relaciones  entre  Copan  y  Kaminaljuyu".  In  XIII  Simposio  de  Investigaciones  Arqueológicas  en Guatemala1999  (J.P.  Laporte,  H.  Escobedo,  B.  Arroyo  et  A.C.  de  Suasnávar éds.),  pp.107-111. Guatemala : Museo Nacional de Arqueología y Etnología. Document pdf disponible le 28/07/2012 sur : http://www.asociaciontikal.com/pdf/09.99_-_Rene_Viel.pdf.
Viel, R. et J. Hall (2002). "El paisaje natural y cultural del valle de Copan". In XV Simposio de Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, 2001 , (J.P. Laporte, H. Escobedo et B. Arroyo éds.). Guatemala : Museo Nacional de Arqueología y Etnología): pp. 872–877. Document pdf disponible le 28/07/2012 sur : http://www.asociaciontikal.com/pdf/78.01%20-%20Viel%20-%20en%20PDF.pdf .


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…