Accéder au contenu principal

Des traces de cacao vieilles de 2500 ans retrouvées au Yucatan

Si vous êtes "cacaophile" et dévorez les tablettes de chocolat au point de perdre votre tablette abdominale, cette nouvelle est pour vous ! Pour les curieux des usages mayas, elle l'est encore plus. Une équipe d'archéologues de l'INAH dirigée par Tomás Gallareta Negrón avait fouillé en 2001 le site Puuc de Paso del Macho. Quand on parle de Puuc, il s'agit d'une région située à la frontière entre les états du Yucatan et du Campeche dont la ville la plus emblématique est Uxmal. Une centaine de fragments de céramique avait alors été retrouvé.

Onze ans plus tard, le Centre W. Keck de biochimie instrumentale et comparative pour l'archéologie, dirigé par l'archéologue américaine George Bey, a présenté les résultats d'analyses spectrométriques de masse effectué par le chimiste Timothy Ward sur la centaine de tessons, avec l'espoir d'identifier les restes de résidus organiques sur ces derniers. Quelle ne fut pas la surprise au moment d'identifier des traces de cacao sur un plat ! Selon Gallareta Negrón, c'est la première que du cacao est présent sur ce type de vaisselle : jusqu'à présent les seules traces de cacao identifiées est déposé dans des vases peints et portant même le nom de leur propriétaire. 

Le second intervint au moment de la datation de la pièces. Jusqu'à présent les plus anciennes traces de cacao retrouvées sont datées d'environ 1500 ans. Dans le cas du plat de Paso del Macho, ces traces dateraient de 500 avant Jésus Christ ! Pour les archéologues, cette datation les obligent à revoir leurs hypothèses du développement social au nord du Yucatan. Jusqu'à présent, on pensait que la partie septentrionale de la péninsule avait connu un développement postérieur aux Basses Terres centrales ou Hautes Terres du Sud. Si l'élite de Paso del Macho consommait du cacao dès le Préclassique moyen, cela signifie probablement une organisation hiérarchique et sociale profondément ancienne dans la tradition maya. Qui plus est, les tessons de céramique ont été découverts à proximité du terrain de jeu de balle du site, lieu dont l'accès est réservé généralement à l’élite. Tous ces indices semblent indiquer que la zone maya semble avoir connu le développement de différentes entités à la même époque. C'est en effet à cette époque que fleurissent les sites de Nakbé ou El Mirador, actuellement situés au Péten guatémaltèque.
 
Préparé avec soin, le cacao n'était pas donné à tous et faisait surtout la joie des dirigeants et de leur cour. Le cacao parcourait de grandes distances. Les chroniqueurs de la conquête mentionnent sa consommation par l'élite mexica.

Pour en savoir plus sur cette découverte significative, n'hésitez pas à vous reporter au bulletin de l'INAH disponible en ligne et surtout à deux merveilleux numéros de la revue d'art Artes de Mexico.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…