Accéder au contenu principal

La tinta roja y negra. Antología de poesía nahuatl

L'anthropologue et historien mexicain Miguel Leon-Portilla est une autorité reconnue internationalement pour ses études, ses traductions d'une des variantes linguistiques les plus emblématiques du Mexique : le nahuatl classique. Disciple du Père Garibay, il a pris l'habitude de proposer une nouvelle version pour chaque nouvelle publication entreprise. Ses recherches l'ont amené à s'intéresser autant au droit, à la médecine, à la littérature, à la philosophie, à l'éducation mexicas qui nous ont été transmis au moment de l'arrivée des Espagnols.

Lorsqu'en 2008, les Ediciones Era et El Colegio Nacional eurent la très bonne idée de proposer une anthologie de poésie nahuatl, ils leur a échappé un détail qui a probablement empêché une meilleure diffusion de ces textes et de leur traduction si respectueuse et si inspirante que celle effectuée par le Dr Miguel Leon-Portilla. Pour tout un chacun, il est difficile de dépenser environ 400 pesos (soit 20 €). Dès lors, l'ouvrage n'a pas reçu l'accueil qu'il aurait mérité auprès du grand public.


Heureusement, même si pour nombre de Mexicains il reste peu aisé de dépenser 150 pesos pour un livre, on peut enfin bénéficier d'une version un peu plus abordable. Les illustrations de couverture de l'artiste Vicente Rojo sont d'ailleurs différentes pour cette version.

Si on parle de contenu, le lecteur est parfaitement à l'aise dans cette édition bilingue de textes parfaitement choisis et organisés. La connaissance intime de ces documents, de ces vers, traduits à maintes reprises par León-Portilla mais jamais de la même manière, nous porte vers d'autres temps. Mais on ne peut lire la poésie nahuatl comme on lirait la poésie contemporaine en langue espagnole, notamment parce que leurs objectifs sont différents.

Mais pourquoi parler d' "encre rouge et noire" ? Comme souvent dans la pensée nahuatl, il est commun de penser par diphrasisme, c'est-à-dire d'évoquer un concept, un objet, une personne par deux éléments qui le définissent. C'est ainsi qu'on parlait de guerre au moyen de l'expression "in atl, in tlachinolli", soit "l'eau, le feu". Dans le cas de l' "encre rouge et noire" ou "in tlilli in tlapalli", elle fait référence à l'artiste qui illustre les livres (amoxtli) et au soin nécessaire avec lequel ce dernier doit oeuvrer, en prenant inspiration du sage, de l'homme prudent.

Xixmocuitlahui in tlilli, in tlapalli,  
in amoxtli, in tlahcuilolli, 
intloc, innahuac ximocalaqui 
in yolizmatqui, in tlamatini.
Cette anthologie poétique compte quatorze chapitres articulés autour d'autant de thèmes, versions traduites à partir d'auteurs aussi divers que le tlatoani Nezahualcoyotl que les informateurs de Sahagun. Dans un premier temps, on peut voir des poèmes aux auteurs connus. Mais dans leur grande majorité, les poèmes et chants proposés sont anonymes et résultent d'une tradition orale ancestrale et par conséquent anonymes.

Suivent des chants sur l'amitié, sur les artistes, des textes érotiques, certains conseils d'anciens aux plus jeunes ou de parents à leur progéniture, des chants guerriers, des hymnes à telle ou telle divinité, des poèmes présentant la création de l'univers, d'autres relatant la fondation de Tenochtitlan et sa conquête.

Pour être franc, bon nombre des textes proposés dans La tinta negra y roja sont déjà disponibles dans d'autres versions, notamment sur Internet. L'intérêt de cette anthologie réside principalement dans le fait que Miguel León-Portilla en soit le traducteur.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…