Accéder au contenu principal

Un nouveau directeur pour l'INAH

L'arrivée d'un nouveau président entraîne automatiquement une valse de départs et d'arrivée, rarement pour le meilleur et souvent pour le pire. Après la désignation de l'équipe ministérielle du président mexicain Enrique Peña Nieto, équipe qui est tout sauf de nouveaux venus, ce sont les directions et sous-dépendances qui voient arriver ou revenir de vieilles connaissances.

L'Instituto Nacional de Antropología e Historia n'échappe pas à la règle : exit Angel de María y Campos après une direction décriée, polémique car trop mercantile et pas vraiment respectueuse des lois mexicaines ! On retiendra notamment les constructions de musées dans des endroits, le laisser-aller pernicieux quant à l'organisation de mégaconcerts à Chichen Itza ou El Tajín, le projet mort-né du Son et Lumière de Teotihuacan (pourtant soutenu par l'actuel président Enrique Peña Nieto et alors gouverneur de l'Estado de México). Même si on peut reconnaître que l'INAH est définitivement entré dans l'ère numérique sous sa direction, on pourra lui reprocher de diffuser une information trop souvent biaisée et idéalisée de la réalité. D'autre part Consuelo Saizar, présidente de la CONACULTA et supérieure hiérarchique de de Maria y Campos laisse sa chaise à Rafael Tovar y de Teresa.

A sa place on retrouve un vieil habitué de la direction générale de l'INAH, Raúl Sergio Arroyo García. En effet il a déjà présidé à la destinée de la glorieuse et quelque peu monolihique institution entre 2000 et 2005. A priori il s'agirait d'un homme de terrain, d'un parfait connaisseur du patrimoine mexicain. Personnellement j'ignore quels ont été ses principaux faits d'armes lorsque Vicente Fox (néolibéral et conservateur appartenant au PAN) dirigeait (mal) le Mexique. Mais il avait présenté sa démission et occupa la direction du Centro Cultural Universitario de Tlatelolco de 2007 jusqu'à il y a quelques jours.

Pour en savoir plus sur cet enseignant-chercheur passé entre autres par l'UNAM et l'ENAH,   l'Universidad Autonóma de México et l'Universidad Iberoamericana et auteur de nombreuses études et ouvrages d'art, vous pouvez toujours consulter la note publiée sur le site du Ministère mexicain de l'éducation nationale. Ci-dessous vous pourrez regarder cet entretien qu'il a accordé à alors qu'il était directeur du CCU Tlatelolco. Arroyo est ethnologue de formation.



Attendons pour voir comment les choses évoluent dans les prochains mois même si certains chercheurs comme Eduardo Matos Moctezuma sont d'ores et déjà assurés d'une bonne gouvernance de l'INAH.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…