Accéder au contenu principal

Déchiffrement d'un escalier hiéroglyphique à Sabana Piletas

La salle de presse de l'INAH publie une dépêche sur les résultats du déchiffrement d'une marche situé sur l'édifice des Glyphes de Sabana Piletas, dans l'état du Campeche. Cette zone étant en cours de fouilles et de restauration, elle n'est pas ouverte au public.

Sabana Piletas fut occupé entre 600 et 1000 après Jésus Christ, soit au Classique et à l'Epiclassique. L'édifice des glyphes compte 4 grands escaliers. L'escalier orienté à l'est compte deux marches faites de 34 panneaux comportant 4 glyphes soit au total 136 glyphes. Chaque panneau est haut de 42 cm et profond de 18 à 22 cm. Deux petites frises en haut et en bas des panneaux sont sculptées d'encoches qui font penser à la peau d'un serpent à sonnettes. Ce sont Nikolai Grube et son équipe de recherches de l'Université de Bonn qui ont proposé les premiers blocs de traduction, confirmés ensuite par David Stuart, épigraphiste de l'Université d'Austin, au Texas.

C'est ainsi que la date du 18 ou du 25 décembre 858 (calendrier grégorien) fut parmi les premiers glyphes identifiés. Une autre inscription importante est pitzil-na qui signifie balle et ferait probablement allusion au jeu de balle et par extension au sacrifice humain. pour justifier cette hypothèse, les scientifiques s'appuient sur la présence de pigments bleus qui recouvraient la peinture et la présence à proximité de deux sculptures phalliques. Or, selon eux, le bleu est une couleur étroitement associée au sacrifice.

Les inscriptions feraient aussi allusion à des guerres avec une seigneurie située au sud de Sabana Piletas : il pourrait s'agir de Itzimté, éloignée de deux kilomètres.
En attendant la communication de nouvelles informations, il faudra se contenter de celles-ci

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…