Accéder au contenu principal

Ouverture d'un nouveau musée de site

Suite aux différentes campagnes de fouilles effectuées sous le Centre culturel d'Espagne, un nouveau musée de site vient d'être présenté au public. Il n'y a pas eu d'inauguration officielle dans la mesure où le nouveau président du conseil espagnol vient d'être élu et n'a pas encore programmé de visite au Mexique.
Pourtant le Dr Carlos González González, directeur du Musée du Grand Temple récemment invité dans Raíces, et Raùl Barrera, archéologue chargé du PAU (Programa de Arqueología Urbana) ont accompagné Ana Tomé Díaz, directrice du Centre Culture d'Espagne à Mexico.

Lors de fouilles de sauvetage entreprises par la PAU avant la construction d'un stationnement souterrain sous le Centre culturel d'Espagne, Raúl Barrera et son équipe ont mis la main sur ce qui était le calmecac, cette école présentée par les sources coloniales comme une école de prêtrise réservée aux élites de la cité.

Pour en savoir plus sur le calmecac de TEnochtitlan, nous vous conseillons de relire cette note rédigée il y a près de deux ans. Nous vous expliquions la nature et l'importance sociale et religieuse de cette structure.

Voici une présentation en chiffres de ce nouveau musée :
  • 1 grand escalier de la phase VII du Grand Temple (celle correspondant à l'arrivée des Espagnols) ;
  • 1 escalier en bois de l'époque coloniale ;
  • un 
  • 2 grandes almenas ou décorations des toits du calmecac en forme de coquillage coupé dans le sens de la longueur ;
  • 2, 88 m de hauteur pour chaque almena en terre cuite.
  • 3 phases de constructions entre les règnes d'Ahuizotl et de Moctezuma entre 1486 et 1519 ;
  • 3 années de campagnes de fouilles entre 2006 et 2008 ; 
  • 3 ouvrages de ferronnerie de l'époque coloniale
  • 4 bases de colonne de l'époque coloniale ;
  • 19 m de long et 8 m de large pour les mesures du tronçon du calmecac fouillé par le PAU ;
  • 20 vitrines où sont exposés...
  • ... 88 objets récupérés lors des fouilles et appartenant à différentes époques (45 préhispaniques, 22 coloniales et 23 du XXe siècle) ;
  • 734 m² de surface pour l'exposition permanente ;
Le musée propose une muséographie interactive où sont présentées les fouilles, une anastylose du monument et son processus de restauration.

Vous pourrez plus d'informations en lisant cette note publiée sur le site de l'INAH. Elle est accompagnée d'un diaporama et d'une vidéo disponible sur Youtube.


La revue Arqueología Mexicana avait présenté les avancées de ces fouilles dans un article intitulé ".

Le musée du site du calmecac est ouvert du mardi au samedi de 11h à 17h et le dimanche de 11h à 15h. L'accès se fait sur réservation par téléphone (55211925 depuis le DF) ou courriel (visitas[at]ccemx.org).
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…