Accéder au contenu principal

Ukit Kan Lek Tok’ souverain difforme d'Ek Bakam

La médecine légale appliqué à des restes humains anciens ne cesse de nous apporter des éléments bien différents de ce que certains gouvernants voudraient nous faire croire. Le cas d'Ukit Kan Lek Tok’, ancien souverain du site yucatèque d'Ek Balam entre 770 et 801 de notre ère, se révèle extrêmement parlant. Certes on pouvait supposer que le roi présentait certaines déformations faciales mais elles n'étaient pas le résultat de coutumes traditionnelles. Un pendentif en os laisser en effet deviner que sa lèvre supérieure était coupée et que sa mâchoire était déviée.

L'anthropologue Vera Tiesler, chercheuse à l'Universidad Autonóma De Yucatán, avait déjà brillamment officié sur le cas de K'inich Janaab Pakal dans un livre qu'elle a notamment coordonné. Elle s'est attelé à l'étude des ossements de Ukit Kan Lek Tok’ et le verdict est bien plus sévère qu'il ne laisse paraître. Elle a observé des caries sur vingt-trois pièces dentaires, certaines atteignant le stade d'alvéoles maxillaires chroniques ! Le roi a notamment souffert trois infection sévères et cinq pièces dentaires étaient littéralement mortes. Cela a provoqué l'affaissement de sa mâchoire à droite et, par conséquent, sa dissymétrie faciale.

Sak Xok Naah, Classique récent, Talol.

Ajoutez-y une inclinaison naturelle de la machoire inférieure vers le bas et il n'est pas exclu que cela ait été facilité probablement par un mauvais coup.

Dans sa personnification du jeune dieu du maïs située sur la pierre qui scelle la voûte 15, Ukit Kan Lek Tok’ présente encore cette déformation. Ses restes furent déposés dans ce qui est appelé la Casa blanca de la lectura ou "Sak Xok Naah", structure fermée située dans l'Acropole d'Ek Balam (Talol selon le glyphe-emblème qui a pu être relevé). La chambre funéraire comportait plusieurs banquettes richement décorées et comportait quatre masques en stuc représentaient le soleil. Vingt et une vaisselles, plus de 7000 pièces de jade, de coquillages et de pyrites et d'os composent le mobilier funéraire qui accompagnaient le roi défunt. A l'extérieur tandis qu'on peut voir le souverain assis sur la gueule du monstre terrestre.

Moralité : chez les Mayas, on peut personnifier un dieu et avoir une apparence hors du commun. De fait rappelons que les personnes présentant des déformations, les personnes de petite taille entouraient souvent les anciens dirigeants mésoaméricains. Moctezuma II avait un certain respect pour eux dans la mesure où on les considérait comme messagers des dieux.

Pour davantage d'informations sur ces recherches, vous pouvez toujous lire une note publiée sur Azteca 21.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…