Accéder au contenu principal

Nouvelles données importantes pour le Templo Mayor

Nous avons mentionné à plusieurs reprises les travaux de sauvetage que le PAU est en train d'effectuer dans le centre de Mexico. Après l'offrande 130, les cinquante encensoirs récemment évoqués dans la presse, un contexte funéraire inédit, on en sait un peut plus sur le tronc d'arbre qui avait été dégagé en mai dernier. Raúl Barrera Rodríguez, responsable du PAU, a notamment expliqué qu'il était disposé sur une structure circulaire de 2,2 m de diamètre et 55 cm de hauteur, faite de tezontle (pierre volcanique poreuse typique de la vallée de Mexico) cimentés par de la boue. Situé à seulement 2 m du cuauhxicalco découverte l'année dernière, l'édicule est orienté vers le côté Huitzilopochtli de la pyramide double. Elle appartient probablement à la phase IV du Templo Mayor, c'est-à-dire qu'elle est contemporaine des têtes de serpents à plumes.

La construction du futur vestibule d'entrée à la zone archéologique oblige l'équipe de Raúl Barrera Rodríguez à travailler dans l'urgence : elle a récemment remis le couvert avec une information qui en fera frémir plus d'un : plus de deux cents mâchoires et quarante-cinq crânes humains ont été exhumés en deux points du cuauhxicalco. A l'arrière de cette structure, un dépôt probablement effectué pour la "fermer" rituellement contenait la plus grande quantité de crânes jamais retrouvé au Templo Mayor. Pour Ximena Chávez Balderas, il est très probable que Mictlantecuhtli en était le destinataire. Barrera n'exclut pas que certains aient pu être manipulés dans le but d'être décorés de différents pierres semi-précieuses et coquillages et de représenter le dieu de la mort.

En fouillant sous la structure, les archéologues du PAU ont également mis au jour une pierre sacrificielle, datant de la Phase II du Templo Mayor. A sa base, cinq crânes perforés dans l'os pariétal semble clairement indiquer leur utilisation dans un tzompantli, ou râtelier de crânes. L'archéologue Estibaliz Aguayo estime qu'en dépit d'une fragmentation dû aux remblais et aux constructions qui ont pesé sur les crânes, la grande majorité de ces derniers est en bon état de conservation et facilitera autant leur analyse que leur restauration. D'après les premiers examens médico-légaux, ils s'agiraient d'hommes et de femmes âgés entre 20 et 35 ans.

Pour plus d'informations, consultez l'article publié sur le site d'El Universal ou le bulletin disponible sur le site de l'INAH: ce dernier est accompagné d'un diaporama plus qu'intéressant sur les conditions de fouilles.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…