Accéder au contenu principal

Un ensemble funéraire découvert à Bocana del Rio Copalita

A peine ouvert au public, le site de Bocana del Rio Copalita, situé à une dizaine de kilomètres de la station balnéaire de Huatulco, Oaxaca, n'en est pas moins soumis à une sixième campagne de fouilles qui a récemment connu de nouvelles avancées.

C'est ainsi que l'archéologue Raúl Matadamas Díaz, chargé du projet d'exploration et de restauration a annoncé l'exhumation d'une tombe disposant d'un riche mobilier que nous détaillerons ensuite. Pour l'heure, il convient de rappeler que Copalita est un site dont l'identité des occupants ou même la filiation ethnique reste méconnue mais dont l'occupation remonte à 600 de notre ère. Différents groupes se sont succédé sur ce site. Les traces les plus anciennes sont celles de Mixe-Zoques, puis celles de groupes zapotèques originaires des vallées centrales d'Oaxaca. Ensuite Chontales et Mixtèques ont occupé l'endroit jusqu'à l'arrivée des Espagnols.

Le personnage principal, un jeune homme âgé de 20 a 23 ans d'après les premières analyses anthropométriques, était allongé sous une voûte formée de plusieurs dalles, qui s'est effondrée postérieurement sur le corps. Les spécialistes de l'INAH ont retrouvé les différents éléments suivants : 
  • un fémur qui pourrait avoir servi comme bâton de pouvoir;
  • un collier comportant cinq perles de jade;
  • les restes de 3 petits sacs remplis de peinture sur la cage thoracique : des traces de pigment rouge ont été observé sur certains os de cette dernière ;
  • une hache en pierre blanche, longue de 20 cm, dont le fil est peint en rouge;
  • six vaisselles en céramique marron et crème ont été retrouvées à côté du fémur droit.
Autour de la sépulture, les archéologues ont mis au jour vingt-deux autres enterrements, légèrement postérieur à la tombe précédemment décrite. Datés entre 700 et 800 de notre ère, ils démontrent l'occupation et l'utilisation continues de cette espace à des fins mortuaires. D'ailleurs des fouilles antérieures avait permis de retrouver seize autres ossements dont le contexte céramique montrent une date en 300 et 700 de notre ère. Des vingt-deux corps mentionnés plus haut, l'un d'entre eux correspondrait à une femme allongée sur le ventre, le visage vers le sol : elle portait deux pendants d'oreilles en jade et une perle de la même matière a été retrouvée sur ses vertèbres lombaires.
Différents patrons d'enterrement ont également été enregistrés : sur les trente-neuf corps comptés, trois correspondaient à des enfants âgés de moins de six ans et déposés dans des vaisselles, un quatrième ayant été déposé à même le sol. Six corps ont été retrouvés en position fléchie, les autres en position allongée. Vingt-cinq disposaient d'une offrande faite soit d'artefacts en jade soit de vaisselles en céramique.
Pour en savoir plus sur cette découverte, vous pouvez consulter le bulletin en espagnol publié sur le site de l'INAH. Une visite virtuelle de Bocana del Rio Copalita est également disponible.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…