Accéder au contenu principal

Un ensemble funéraire découvert à Bocana del Rio Copalita

A peine ouvert au public, le site de Bocana del Rio Copalita, situé à une dizaine de kilomètres de la station balnéaire de Huatulco, Oaxaca, n'en est pas moins soumis à une sixième campagne de fouilles qui a récemment connu de nouvelles avancées.

C'est ainsi que l'archéologue Raúl Matadamas Díaz, chargé du projet d'exploration et de restauration a annoncé l'exhumation d'une tombe disposant d'un riche mobilier que nous détaillerons ensuite. Pour l'heure, il convient de rappeler que Copalita est un site dont l'identité des occupants ou même la filiation ethnique reste méconnue mais dont l'occupation remonte à 600 de notre ère. Différents groupes se sont succédé sur ce site. Les traces les plus anciennes sont celles de Mixe-Zoques, puis celles de groupes zapotèques originaires des vallées centrales d'Oaxaca. Ensuite Chontales et Mixtèques ont occupé l'endroit jusqu'à l'arrivée des Espagnols.

Le personnage principal, un jeune homme âgé de 20 a 23 ans d'après les premières analyses anthropométriques, était allongé sous une voûte formée de plusieurs dalles, qui s'est effondrée postérieurement sur le corps. Les spécialistes de l'INAH ont retrouvé les différents éléments suivants : 
  • un fémur qui pourrait avoir servi comme bâton de pouvoir;
  • un collier comportant cinq perles de jade;
  • les restes de 3 petits sacs remplis de peinture sur la cage thoracique : des traces de pigment rouge ont été observé sur certains os de cette dernière ;
  • une hache en pierre blanche, longue de 20 cm, dont le fil est peint en rouge;
  • six vaisselles en céramique marron et crème ont été retrouvées à côté du fémur droit.
Autour de la sépulture, les archéologues ont mis au jour vingt-deux autres enterrements, légèrement postérieur à la tombe précédemment décrite. Datés entre 700 et 800 de notre ère, ils démontrent l'occupation et l'utilisation continues de cette espace à des fins mortuaires. D'ailleurs des fouilles antérieures avait permis de retrouver seize autres ossements dont le contexte céramique montrent une date en 300 et 700 de notre ère. Des vingt-deux corps mentionnés plus haut, l'un d'entre eux correspondrait à une femme allongée sur le ventre, le visage vers le sol : elle portait deux pendants d'oreilles en jade et une perle de la même matière a été retrouvée sur ses vertèbres lombaires.
Différents patrons d'enterrement ont également été enregistrés : sur les trente-neuf corps comptés, trois correspondaient à des enfants âgés de moins de six ans et déposés dans des vaisselles, un quatrième ayant été déposé à même le sol. Six corps ont été retrouvés en position fléchie, les autres en position allongée. Vingt-cinq disposaient d'une offrande faite soit d'artefacts en jade soit de vaisselles en céramique.
Pour en savoir plus sur cette découverte, vous pouvez consulter le bulletin en espagnol publié sur le site de l'INAH. Une visite virtuelle de Bocana del Rio Copalita est également disponible.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…