Accéder au contenu principal

Une série de tombes découvertes au Nayarit

Alors qu'ils effectuaient une campagne de fouille de sauvetage sur le tracé de la future autoroute qui reliera Jala, au Nayarit, et Puerto Vallarta, au Jalisco, des archéologues de l'INAH ont fait une découverte fortuite au contenu inédit. En charge des opérations, Lourdes García Barajas et José Beltrán Medina, chercheurs à l'INAH Nayarit, ont annoncé la découverte d'une tradition funéraire dans cette région. Jusqu'à présent, des tombes à puits et certaines céramiques contenant des restes osseux avaient été enregistrées au pied du volcan Cerobuco.

Sur quels éléments archéologiques se fonde cette annonce ? Pour l'heure la présence de douze enterrements a été enregistrée : ils consistent en des pierres de basalte et accomodées de manière à former des caisses, retrouvés à 40 cm de la surface. Lourdes García Barajas décrit leur disposition de la manière suivante :
"Chaque cache, composée de huit pierres en basalte et couverte de dalles, était séparée de 30 à 40 cm d'une autre. Au moment de retirer les dalles, nous nous sommes rendu compte que les coins ouest et nord de la cache comportaient des restes de pigmentation rouge. Des vaisselles, des bols tripodes, des colliers formés de piécettes incisées en terre cuite , des billes en terre cuite, des objets en nacre et des poinçons en os."
De son côté José Beltrán Medina est revenu sur le contenu d'une des caisses en basalte : elle contenait trois figurines féminines de type Mazapa. Deux d'entre elles sont identiques et mesurent 30 cm de hauteur: peintes en rouge, elles sont habillées d'une robe et portent une coiffe, des bracelets et des boucles d'oreille. La troisième représente une jeune femme vêtue et portant différents ornements.

Ce sont ces éléments qui ont permis une datation vers 1100 de notre ère, moment où ont survenu de nombreux mouvements migratoires entre l'Occident et le Haut Plateau central. Les archéologues n'excluent pas l'hypothèse qu'il puisse s'agir d'un cimetière de filiation nahua, étant donné les passages répétés de cette ethnie sur des routes commerciales fréquentées à l'époque par ces derniers.

Pour l'heure les anthropologues n'ont pas déterminé le nombre d'individus qui ont été déposés. Mais on a pu établir que la majorité des ossements présentaient des traces de crémation. Des examens médico-légaux sont actuellement en cours pour établir notamment l'origine et les pathologies de ces individus.

Parallèlement une tombe à puits formée de quatre voûtes a été mise au jour : c'est la première découverte de ce genre au Nayarit. Elle a malheureusement été retrouvée vide, victime très probablement d'un pillage.

Pour en apprendre davantage, consultez le bulletin publié en espagnol par l'INAH et jetez un oeil au diaporama présentant ces fouilles.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…