Accéder au contenu principal

Découverte d’un codex nahuatl

Le quotidien Noticias Voz e Imagen de Oaxaca et le site d’Aztlan, ont publié un article consacré à une importante découverte annoncée le 12 décembre dernier.
Le protagoniste est le médecin et collectionneur mexicain Manuel García Sánchez. Il y a trois ans, il avait acheté la statue en bois d’un évêque du XVIème siècle au marché des antiquités mexicaines de Plaza el Ángel, dans la Zona Rosa de México.
L’heureuse découverte a été possible à la suite de la détérioration de l’argile qui recouvrait la statue. Cela a permis à son propriétaire de retrouver les morceaux d’un papier, apparemment caché à l’intérieur de la statue et contenant des glyphes nahuatl.

Le document a été remis tout de suite à l’Instituto Nacional de Antropología e Historia pour être enregistré, restauré et étudié. Lors de la présentation publique du codex, l’archéologue José Ignacio Sánchez Alanis a commenté la découverte : il s’agit, en effet, du premier codex retrouvé à l’intérieur d’une statue en bois et argile. Même si les spécialistes étaient déjà au courant de l’existence de codex cachés à l’intérieur de Christs faits de vannerie, la modalité utilisée dans ce cas est tout à fait inédite.
Selon les premières estimations, ce document remonterait au XVIéme siècle, a une origine clairement nahuatl et son contenu ferait allusion au système de tributs, développé par la Triple Alliance de Tenochtitlan, Texcoco et Tlacopan.

L’archéologue a aussi avancé des hypothèses. Il suppose que les indigènes cachèrent le codex à l’intérieur de la statue parce que le document et la statue étaient considérés sacrés, ou encore qu’ils voyaient une relation entre la statue, le codex et la terre, une propriété des dieux – anciens et modernes – et non pas des hommes.

Quoi qu’il en soit, les problèmes liés à l’interprétation du codex et ses origines restent nombreux. La statue de l’évêque étant complètement "décontextualisée", il est à présent impossible de connaître le village et la paroisse d’où elle provient.

Quelles sont les informations à notre disposition sur ce codex ? Son état de conservation est très mauvais puisque plusieurs parties ont disparu. Sur la base des premières études, il semblerait remonter à une période comprise entre 1550 et 1560, et avoir été fabriqué à partir de papier amate. La peinture végétale utilisée est noire. Des lignes sont également visibles, délimitant plusieurs éléments picturaux comme par exemple des chiffres ou des dessins en forme de serpent.

La superficie où ces glyphes sont représentés mesure 38x32 cm.
Statue de l'évêque de propriété du médecin
Manuel García Sánchez
Photo: Site d'Aztlan et EFE

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre.

Bonne lecture !

Références :
Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Sur les sources des libretti rédigés par Vittorio Amedeo Cigna-Santi

Alors que nous préparions une conférence sur la Conquête dans l’opéra, un librettiste a particulièrement attiré notre attention : il s’agit du Turimois Vittorio Amadeo Cigna-Santi dont on sait fort peu de choses somme toute. Au début de sa carrière il rédigea une paire de livrets pour Mozart. Mais son livret le plus repris est sans conteste Moctezuma. Il semblerait que Cigna-Santi a pu consulter une chronique rédigée par Antonio de Solis en 1684 et traduite  en français et en italien en 1690.
La bibliothèque Caraïbe, Amazone Plateau des Guyanes a eu la bonne idée de mettre en ligne les deux tomes qui forment l’édition française. Vous les retrouverez aussi dans notre section Textes: https://mexiqueancien.blogspot.com/p/textes.html
Solís, Antonio de. 1730. Histoire de la conqueste du Mexique, ou de la Nouvelle Espagne, par Fernand Cortez, tome I. Paris : Compagnie des libraires. Disponible le 03/03/2019 sur : https://issuu.com/scduag/docs/bbx17024/6et https://issuu.com/scduag/docs/bbx1702…

Raíces 421 - L'offrande 177 du Templo Mayor avec Mary Laidy Hernández Ramírez

Cette semaine, Raíces recevait Mary Laidy Hernández Ramírez, étudiante de licence en archéologie à l'École Nationale d'Anthropologie et Histoire et membre depuis 2016 du Projet Templo Mayor, dirigé par Leonardo López Luján. Hernández Ramírez a effectué la fouille de l'Offrande 177 du Templo Mayor. Comment décrire la stratigraphie de ce dépôt ? Quels matériaux ont été exhumés ? Comment sont-ils analysés, conservés et étudiés ?


Comme chaque semaine, nous vous présentons ce programme sur le portail Internet Archive au format.ogg.

Crédits musicaux
Génériques :Carlos Rohan Tamez Poema: huitznahuac yautl icuic (Garibay, 1958: 40-41) El Venado Azul - Cumbia Cusinela
Références bibliographiques Chávez Balderas, X., Aguirre, A., Miramontes, A., & Robles, E. (2010). “Los cuchillos ataviados de la ofrenda, 125. Templo Mayor de Tenochtitlan?”, Arqueología Mexicana, (XVII)103, 70-75. [URL] https://arqueologiamexicana.mx/mexico-antiguo/los-cuchillos-ataviados-de-la-ofrenda-125-templo-mayor…