Accéder au contenu principal

Publication d'Alfred Lopez Austin : Dioses del norte, dioses del sur

A l’occasion du livre Dioses del norte, dioses del sur(Ediciones Era), le quotidien la Jornada propose un long entretien avec l’anthropologue Alfredo López Austin dans son édition du 22 décembre 2008. Le livre part d’un constat simple selon ce dernier : le manque d’études comparatives entre les cultures mésoaméricaines et andines. Co-écrit avec le chercheur péruvien Luis Millon, l’ouvrage jetterait un pavé dans la mare d'une ignorance réciproque entre les deux foyers de civilisations les plus importantes des Amériques. Le but avoué des deux scientifiques est d'élargir les champs d'études des jeunes étudiants.


L'anthropologue Alfredo López Austin de l'Instituto de Investigaciones Antropológicas à l'Universidad Nacional Autonóma de México.

Photo de Carlos Cisneros pour la Jornada.

Tout d'abord, Alfredo López Austin rappelle que les cas de rapprochement entre ces deux domaines de la recherche américaniste existaient avant leur recherche. Il explique qu'il dirige son travail aux andinistes et que son collègue Millones dirige le sien aux mésoaméricanistes. Un des aspects où les civilisations andines et mésoaméricaines se rejoignent est la religion, particulièrement les mythes de création. Et López Austin de citer celui d'une jeune tisseuse vierge qui maintient son métier entre un arbre et sa ceinture. Un petit oiseau l'approche et la rend enceinte. Elle donne alors naissance à un grand personnage, en l'occurrence, le soleil.

López Austin et son collègue ne prétendent pas expliquer toutes ces similitudes parce qu'il est nécessaire d'étudier complètement ces mythes dans l'iconographie et dans les rites avant de faire des comparaisons et de tirer des conclusions. L'anthropologue se risque cependant à exposer une hypothèse qui mérite d'être vérifiée : "une très ancienne conception panaméricaine du cosmos" héritée des premiers hommes ayant peuplé l'Amérique. Mais ils restent prudents et estiment que cette hypothèse, aussi intéressante soit-elle, doit reposer sur des bases fermes. Les preuves de contacts entre la Mésoamérique et les Andes ne suffisent pas à expliquer des mythes et des pratiques rituelles parallèles. L'article de la Jornada revient notamment sur le concept de dualité particulièrement développé et marqué dans les deux cultures.


L'auteur de Pasado Indigena termine l'article de la manière : Dioses del norte, dioses del sur est une étude sur l'autre car " l'autre est l'unique miroir qui me permet de me voir par contraste, par complément et par opposition. Pourquoi ne nous comprenons-nous pas au moyen de la comparaison avec d'autres personnes qui peuvent nous ressembler ? " Il juge en effet que cette remise en question nous permet de mieux cerner la construction culturelle à travers le temps. Elle est nécessaire dans la mesure où une vision hégémonique light balaie d'un revers de main la pluralité culturelle et cherche à fabriquer de bons producteurs et de de bons consommateurs. Ad finem, elle produit un déracinement chez l'être humain.

Bibliographie sélective d'Alfredo López Austin.

1973. Hombre-dios. Religión y política en el mundo náhuatl. IIH, UNAM, Mexico, 211 p. [1998].

1980. Cuerpo humano e ideología. Las concepciones de los antiguos nahuas. 2 vols., UNAM, Mexico.

1990. Los mitos del tlacuache. Caminos de la mitológia mesoamericana. Alianza Editorial Mexicana, Mexico.

1994. Tamoanchan y Tlalocan. FCE, Mexico.

Co-auteur avec Leonardo López Luján.

1999. Mito y realidad de Zuyuá. FCE, Serie Ensayos, Mexico.

2000. « The Myth and Reality of Zuyuá : The Feathered Serpent and Mesoamerican Transformation from the Classic to the Postclassic ». In Mesoamerica’s Classic Heritage : from Teotihuacan to the Aztecs, David Carrasco ; Lindsay Jones et Scott Sessions (éds.). UCP, Boulder, p. 21-84.

2007. « Serpiente Emplumada : el hombre y el dios ». In Isis y la Serpiente Emplumada, 2007, p. 152-165.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…