Accéder au contenu principal

Quand la direction l'INAH se fait taper sur les doigts

Cela peut paraître surprenant mais le quotidien La Jornada rapporte que le Congrès a envoyé une "résolution évidente" pour exhorter à suspendre les travaux qui endommagent la zone archéologique de Teotihuacan. Ces travaux sont réalisés afin de proposer un spectacle son et lumière à l'instar de ce qui existe déjà à Chichen Itza ou à Uxmal. Il porterait le nom de "Splendeur teotihucaine." La chambre basse fédérale s'inquiète d'un spectacle qui bénéficierait à quelques personnes et qui endommagerait définitivement les structures. Un projet similaire avait été rejeté en 1988 par les scientifiques, les politiques et la population locale. Le projet a notamment l'appui du gouverneur de l'Etat de Mexico, Enrique Peña Nieto, membre du Parti Révolutionnaire Institutionnel et de plusieurs entrepreneurs locaux.

Cérémonie de l'équinoxe du printemps 2000,
retrouvé sur Getty Images le 24 décembre 2008.

Pourtant des archéologues et chercheurs de l'institution ont pourtant alerté le directeur Alfonso de Maria y Campos à propos de la "violation de la loi et la destruction de patrimoine" dont est victime la zone archéologique. Mais à l'INAH, on répond que le projet de son et lumière a été autorisé en 1968 avant d'être suspendu en 1994". On se demande pourquoi l'INAH va donc à l'encontre même de sa propre éthique et de ses propres règles. Le spectacle commencera le 29 janvier 2009. On peut être à peu près sûr que le prix de l'entrée augmentera drastiquement comme c'est le cas à Chichén ou à Uxmal.


Concert de Placido Domingo à Chichen Itza, le 4 octobre 2008.
Retrouvé sur Getty Images le 22 décembre 2008

Cette affaire résume bien le cercle vicieux dans lequel les autorités mexicaines et l'INAH se sont engagés depuis plusieurs années : comment développer un tourisme de masse, pourvoyeur de devises essentielles à l'économie nationale, sans nuire à l'intégrité du patrimoine archéologique nationale? La même question se pose quant à l'écotourisme. Dans le Monde diplomatique en espagnol, un spécialiste estimait que la notion d'écotourisme était galvaudée en Amérique Latine, et notamment au Mexique.

Deux exemples achèveront de vous convaincre. Le premier est l'affluence à Chichén Itza déjà décriée par Peter Schmidt et ses compagnons au début des années 1990. En moyenne, ce sont plus de 1,2 million de visiteurs qui visitent et mettent en danger la pérennité du site. L'année passée, le site a été sélectionné parmi les 7 nouvelles merveilles du monde et laisse présager un doublement des visiteurs. Une des responsables locales de l'INAH qu'au mieux le site pourrait en accueillir 1,5 million. Pour le gouvernement yucatèque et pour le gouvernement fédéral, il est difficile de renoncer à cette poule aux oeufs d'or. Teotihuacan est dans une situation identique, avec la première fréquentation touristique nationale. La question légitime de sa préservation se pose.

Le deuxième exemple concerne l'écotourisme. On ne compte plus le nombre de biosphères et autres hôtels présentés comme respectueux de leur environnement dans la péninsule du Yucatan. L'exemple de Tulum est à ce point frappant : combien d'hôtels sont apparus sur le littoral de cette zone archéologique, au mépris des règles de construction basique et respectueuse du paysage. Dans l'océan, combien de déchets sont rejetés par les touristes pratiquant la plongée sous-marine? Dans quel état dramatique est la barrière de corail qui s'étend jusqu'au Bélize voisin ? Les touristes se soucient-ils de leur impact négatif lorsqu'ils nagent dans des cénotes qui sont restés vierges de toute dégradation accéléré ?

Pour l'heure, je vous encourage à dénoncer cette destruction du Patrimoine mondial de l'Humanité auprès de l'INAH à l'adresse suivante : quejasydenuncias@inah.gob.mx . Car le site internet de l'INAH ne fait aucune allusion à ce problème dans sa section "boletines". Serait-ce une manière de reconnaître ses torts ou de pratiquer la politique de l'autruche ?

Bibliographie :

"Prevén que Chichén Itzá duplique visitantes si es elegida nueva maravilla". In El Universal, édition électronique du 28 juin 2007, consulté le 24 décembre 2008.

"Chichén Itzá y sus pesadillas". In El Universal, édition électronique du 30 juin 2007, consulté le 24 décembre 2008.



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…