Accéder au contenu principal

“Un gobierno de Indios: Tlaxcala, 1519-1750”

Voici le titre du livre publié par le FCE, et rédigé par l’historienne Andrea Martínez Baracs. Il y est question de l’organisation politique de Tlaxcala depuis l’époque du pouvoir indigène préhispanique jusqu’à l’époque de l’Indépendance.
La chercheuse du Centre de Recherches et Etudes Supérieures en Anthropologie Sociale analyse l’histoire du gouvernement de Tlaxcala, afin d’en souligner la structure et le fonctionnement complexe, formé par quatre organismes différents.
Depuis la Conquête et jusqu’à l’Indépendance, la province de Tlaxcala fut gouvernée par la noblesse indigène. Les descendants de la génération conquise par l’armée de Hernan Cortés ont su adapter l’ancienne organisation politique aux nouvelles exigences du gouvernement étranger. Ils ont donc gardé une certaine autonomie par rapport à l’état de la Nouvelle Espagne.

L’auteur, dans une interview du quotidien La Jornada, explique que cela a été possible grâce à l’union de trois forces différentes : le gouvernement indigène, formé par les membres des anciennes familles nobles tlaxcaltèques, le pouvoir des Franciscains qui n’ont pas permis l’ingérence des Espagnols dans les affaires de la province, et, finalement, l’importance de la figure du chroniqueur métis Diego Muñoz Camargo, fils d’un conquistador et d’une fille indigène.

C’est la présence de ces trois éléments – argumente Martínez Baracs – qui a permis la réorganisation de Tlaxcala après la conquête espagnole. Il ne faut surtout pas oublier que la fidèle alliance de Tlaxcala avec l’armée de Hernan Cortés est sans doute à la base du développement d’une idéologie de négociation, qui a donné des bons résultats en ce qui concerne la distribution des privilèges et l’indépendance que Tlaxcala a su sauvegarder.

L’aspect le moins étudié, et donc très intéressant à analyser selon l’auteur, est l’action politique des gouvernements indigènes par rapport à la communauté, les autres groupes présents dans la zone et les autorités centrales.

Le livre a été présenté ce mardi dans la librairie Rosario Castellanos, du Centro Cultural Bella Época.

Pour ceux qui sont intéressés à approfondir ce sujet, ainsi que les connaissances sur la région de Tlaxcala, voici une petite bibliographie :


ABASCAL Rafael, Patricio DAVILA , Peter SCHMIDT , et D. DE MEDINA . 1976. La arqueología des sur-oeste de Tlaxcala, Proyecto Puebla-Tlaxcala – Fundación Alemana para la Investigación Científica, México.

MIRABELL L., Angel GARCÍA COOK et Beatriz Leonor MERINO CARRIÓN (éds). 1997. Antología de Tlaxcala, Instituto Nacional de Antropología e Historia, México.

GARCÍA COOK Angel. 1981. "The Historical Importance of Tlaxcala in the Cultural Development of the Central Highlands". In Handbook of Middle American Indians, Suplemento I, Dale Stewart Thomas-Wauchope Robert (éds.), University of Texas Press, Austin, pp. 244 – 276.

GARCÍA COOK Angel et Beatriz Leonor MERINO CARRIÓN. 1988. "Integración y consolidación de los señorios en Tlaxcala; siglos IX al XVI". In Arqueología, Instituto Nacional de Antropología e Historia, 2, México, pp. 155-169.

GIBSON Charles et Wolfgang TRAUTMANN . 1952. Tlaxcala in the sixteenth century, disponible le 12 décembre en version intégrale sur JSTOR.

MUÑOZ CAMARGO Diego. 1986. Historia de Tlaxcala, Historia 16, Madrid.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sur les sources des libretti rédigés par Vittorio Amedeo Cigna-Santi

Alors que nous préparions une conférence sur la Conquête dans l’opéra, un librettiste a particulièrement attiré notre attention : il s’agit du Turimois Vittorio Amadeo Cigna-Santi dont on sait fort peu de choses somme toute. Au début de sa carrière il rédigea une paire de livrets pour Mozart. Mais son livret le plus repris est sans conteste Moctezuma. Il semblerait que Cigna-Santi a pu consulter une chronique rédigée par Antonio de Solis en 1684 et traduite  en français et en italien en 1690.
La bibliothèque Caraïbe, Amazone Plateau des Guyanes a eu la bonne idée de mettre en ligne les deux tomes qui forment l’édition française. Vous les retrouverez aussi dans notre section Textes: https://mexiqueancien.blogspot.com/p/textes.html
Solís, Antonio de. 1730. Histoire de la conqueste du Mexique, ou de la Nouvelle Espagne, par Fernand Cortez, tome I. Paris : Compagnie des libraires. Disponible le 03/03/2019 sur : https://issuu.com/scduag/docs/bbx17024/6et https://issuu.com/scduag/docs/bbx1702…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…

Compte-rendu Arqueología mexicana hors-série 82

L'éditeur Raíces termine son vingt-cinquième anniversaire en nous proposant un hors-série qui se propose à la fois de faire le point mais aussi de proposer un outil sensé faciliter la vie de ses lecteurs et de ses suiveurs sur les réseaux. Le travail de compilation proposé par Enrique Vela et son équipe est à ce titre intéressant qu'il nous invite à parcourir de manière thématique : on peut ainsi parcourir cet index de manière libre, en consultant les axes qui intéresseront le lecteur.


On retrouve des lectures chronologiques, culturelles, historiques, ethnologiques, herméneutiques, historiographiques ou divulgatrices. Au total, ce sont 27 fiches réparties en deux grandes axes thématiques que le lecteur pourra parcourir. D'un côté on peut lire des fiches de caractère chronologiques allant de la présence mexicaine dans l'archéologie mondiale aux zones archéologiques et musées. Entre temps, on aura eu la possibilité de redécouvrir les principales divisions chronologiques, …