Accéder au contenu principal

“Un gobierno de Indios: Tlaxcala, 1519-1750”

Voici le titre du livre publié par le FCE, et rédigé par l’historienne Andrea Martínez Baracs. Il y est question de l’organisation politique de Tlaxcala depuis l’époque du pouvoir indigène préhispanique jusqu’à l’époque de l’Indépendance.
La chercheuse du Centre de Recherches et Etudes Supérieures en Anthropologie Sociale analyse l’histoire du gouvernement de Tlaxcala, afin d’en souligner la structure et le fonctionnement complexe, formé par quatre organismes différents.
Depuis la Conquête et jusqu’à l’Indépendance, la province de Tlaxcala fut gouvernée par la noblesse indigène. Les descendants de la génération conquise par l’armée de Hernan Cortés ont su adapter l’ancienne organisation politique aux nouvelles exigences du gouvernement étranger. Ils ont donc gardé une certaine autonomie par rapport à l’état de la Nouvelle Espagne.

L’auteur, dans une interview du quotidien La Jornada, explique que cela a été possible grâce à l’union de trois forces différentes : le gouvernement indigène, formé par les membres des anciennes familles nobles tlaxcaltèques, le pouvoir des Franciscains qui n’ont pas permis l’ingérence des Espagnols dans les affaires de la province, et, finalement, l’importance de la figure du chroniqueur métis Diego Muñoz Camargo, fils d’un conquistador et d’une fille indigène.

C’est la présence de ces trois éléments – argumente Martínez Baracs – qui a permis la réorganisation de Tlaxcala après la conquête espagnole. Il ne faut surtout pas oublier que la fidèle alliance de Tlaxcala avec l’armée de Hernan Cortés est sans doute à la base du développement d’une idéologie de négociation, qui a donné des bons résultats en ce qui concerne la distribution des privilèges et l’indépendance que Tlaxcala a su sauvegarder.

L’aspect le moins étudié, et donc très intéressant à analyser selon l’auteur, est l’action politique des gouvernements indigènes par rapport à la communauté, les autres groupes présents dans la zone et les autorités centrales.

Le livre a été présenté ce mardi dans la librairie Rosario Castellanos, du Centro Cultural Bella Época.

Pour ceux qui sont intéressés à approfondir ce sujet, ainsi que les connaissances sur la région de Tlaxcala, voici une petite bibliographie :


ABASCAL Rafael, Patricio DAVILA , Peter SCHMIDT , et D. DE MEDINA . 1976. La arqueología des sur-oeste de Tlaxcala, Proyecto Puebla-Tlaxcala – Fundación Alemana para la Investigación Científica, México.

MIRABELL L., Angel GARCÍA COOK et Beatriz Leonor MERINO CARRIÓN (éds). 1997. Antología de Tlaxcala, Instituto Nacional de Antropología e Historia, México.

GARCÍA COOK Angel. 1981. "The Historical Importance of Tlaxcala in the Cultural Development of the Central Highlands". In Handbook of Middle American Indians, Suplemento I, Dale Stewart Thomas-Wauchope Robert (éds.), University of Texas Press, Austin, pp. 244 – 276.

GARCÍA COOK Angel et Beatriz Leonor MERINO CARRIÓN. 1988. "Integración y consolidación de los señorios en Tlaxcala; siglos IX al XVI". In Arqueología, Instituto Nacional de Antropología e Historia, 2, México, pp. 155-169.

GIBSON Charles et Wolfgang TRAUTMANN . 1952. Tlaxcala in the sixteenth century, disponible le 12 décembre en version intégrale sur JSTOR.

MUÑOZ CAMARGO Diego. 1986. Historia de Tlaxcala, Historia 16, Madrid.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…