Accéder au contenu principal

“Un gobierno de Indios: Tlaxcala, 1519-1750”

Voici le titre du livre publié par le FCE, et rédigé par l’historienne Andrea Martínez Baracs. Il y est question de l’organisation politique de Tlaxcala depuis l’époque du pouvoir indigène préhispanique jusqu’à l’époque de l’Indépendance.
La chercheuse du Centre de Recherches et Etudes Supérieures en Anthropologie Sociale analyse l’histoire du gouvernement de Tlaxcala, afin d’en souligner la structure et le fonctionnement complexe, formé par quatre organismes différents.
Depuis la Conquête et jusqu’à l’Indépendance, la province de Tlaxcala fut gouvernée par la noblesse indigène. Les descendants de la génération conquise par l’armée de Hernan Cortés ont su adapter l’ancienne organisation politique aux nouvelles exigences du gouvernement étranger. Ils ont donc gardé une certaine autonomie par rapport à l’état de la Nouvelle Espagne.

L’auteur, dans une interview du quotidien La Jornada, explique que cela a été possible grâce à l’union de trois forces différentes : le gouvernement indigène, formé par les membres des anciennes familles nobles tlaxcaltèques, le pouvoir des Franciscains qui n’ont pas permis l’ingérence des Espagnols dans les affaires de la province, et, finalement, l’importance de la figure du chroniqueur métis Diego Muñoz Camargo, fils d’un conquistador et d’une fille indigène.

C’est la présence de ces trois éléments – argumente Martínez Baracs – qui a permis la réorganisation de Tlaxcala après la conquête espagnole. Il ne faut surtout pas oublier que la fidèle alliance de Tlaxcala avec l’armée de Hernan Cortés est sans doute à la base du développement d’une idéologie de négociation, qui a donné des bons résultats en ce qui concerne la distribution des privilèges et l’indépendance que Tlaxcala a su sauvegarder.

L’aspect le moins étudié, et donc très intéressant à analyser selon l’auteur, est l’action politique des gouvernements indigènes par rapport à la communauté, les autres groupes présents dans la zone et les autorités centrales.

Le livre a été présenté ce mardi dans la librairie Rosario Castellanos, du Centro Cultural Bella Época.

Pour ceux qui sont intéressés à approfondir ce sujet, ainsi que les connaissances sur la région de Tlaxcala, voici une petite bibliographie :


ABASCAL Rafael, Patricio DAVILA , Peter SCHMIDT , et D. DE MEDINA . 1976. La arqueología des sur-oeste de Tlaxcala, Proyecto Puebla-Tlaxcala – Fundación Alemana para la Investigación Científica, México.

MIRABELL L., Angel GARCÍA COOK et Beatriz Leonor MERINO CARRIÓN (éds). 1997. Antología de Tlaxcala, Instituto Nacional de Antropología e Historia, México.

GARCÍA COOK Angel. 1981. "The Historical Importance of Tlaxcala in the Cultural Development of the Central Highlands". In Handbook of Middle American Indians, Suplemento I, Dale Stewart Thomas-Wauchope Robert (éds.), University of Texas Press, Austin, pp. 244 – 276.

GARCÍA COOK Angel et Beatriz Leonor MERINO CARRIÓN. 1988. "Integración y consolidación de los señorios en Tlaxcala; siglos IX al XVI". In Arqueología, Instituto Nacional de Antropología e Historia, 2, México, pp. 155-169.

GIBSON Charles et Wolfgang TRAUTMANN . 1952. Tlaxcala in the sixteenth century, disponible le 12 décembre en version intégrale sur JSTOR.

MUÑOZ CAMARGO Diego. 1986. Historia de Tlaxcala, Historia 16, Madrid.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…