Accéder au contenu principal

Exposition Teotihuacan, ciudad de los dioses (2ème partie)

Après vous avoir montré ici le plan de l'exposition, en voici un compte-rendu complet. Ce qui frappe d'abord le visiteur, c'est la scénographie qui est impeccable et met bien en valeur les 300 pièces de l'exposition. Espérons que ce soit la même que vous verrez à Paris dans un an. D'ailleurs les objets proposés sont très variés : sculptures, peintures, matériels lithiques, céramiques dans toutes ses déclinaisons de décoration (pastillage, peinture, incisions, moulage...).
On peut voir aussi la reconstitution et l'explication de l'Offrande 5 de la Pyramide de la Lune. Sur les murs quelques photos récapitulent les fouilles de cette structure et on peut y voir Saburo Sugiyama, Grégory Pereira et Leonardo López Luján !

J'ai particulièrement été intéressé par un élément architectural ayant la forme de deux serpents à plumes. L'ensemble est conservé au Museo Diego Rivera Anahuacalli, situé à Coyoacan. Or Diego Rivera avait la désagréable habitude de mélanger faux et authentiques objets précolombiens.

Deux salles utilisent des écrans plasmas pour expliquer les différentes phases d'occupation et les techniques de peinture teotihuacaine. La salle sur les contacts de Teotihuacan avec d'autres cultures mésoaméricaines éloignées dans l'espace et le temps montre toute l'influence exercée par cette cité.

J'ai retenu aussi cette reconstitution de la Chaussée des Morts avec des projections des pyramides de la Lune et du Soleil. Un narrateur raconte le mythe de la création des deux astres qui, selon certaines traditions, aurait eu lieu à Teotihuacan.

Si l'aspect visuel de l'exposition a été particulièrement soigné, on ne peut pas en dire autant des informations sur les pièces: la plupart sont limitées voir absentes. A quoi sert de faire une salle complète sur les différentes phases d'occupation de Teotihuacan si on ne peut même pas savoir les dates des pièces présentées? Parfois cela frise le ridicule quand on voit que les petites pancartes répètent la même information mais ne correspondent pas aux pièces présentées.
Souhaitons que le commissaire de l'exposition, Felipe Solis, améliore considérablement ces erreurs pour la tournée européenne.

Dernier point faible de cette exposition : son catalogue ! 200 pesos pour quelques photos et quelques commentaires... On ne peut pas dire que ce soit un catalogue digne de ce nom. Je ne doute pas que le Musée du Quai Branly proposera quelque chose de plus abouti !

Prochainement la troisième partie de cette rétrospective avec des photos, c'est promis...


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…