Accéder au contenu principal

“Tlaltecuhtli, diosa de la tierra” - Art du passé, art du présent

Voici comment l’art contemporain peut se lier d’une manière très féconde au riche passé mésoaméricain.

“Tlaltecuhtli, diosa de la tierra” est le titre d’une expo organisée par l’artiste Fernando Aceves Humana, qui se tient au Musée du site de Monte Albán, Oaxaca, jusqu’au 31 décembre.
Dans un article publié par La Jornada, on explique que le peintre représente – à travers 11 peintures à l’huile de petit format – le travail des archéologues et des restaurateurs qui ont découvert le monolithe de la déesse mexica dans la Casa de las Ajaracas, le 2 octobre 2006.
La réalisation de ces tableaux a été possible grâce à la disponibilité du directeur du « Proyecto Templo Mayor », Leonardo López Luján, qui a permis à Aceves Humana de peindre « in situ » en créant une véritable chronique visuelle des travaux.

L’intérêt de cet artiste pour le passé préhispanique nait de la considération que les arts plastiques ont été abordés, dès les origines des civilisations mésoaméricaines, avec une grande spontanéité, puisqu’ils faisaient partie de la vie quotidienne.
En particulier, il exprime une forte sensibilité en ce qui concerne le génocide des populations indigènes du Mexique et l’anéantissement de la culture mexica perpétré par les Espagnols, qui n’ont pas hésité à détruire bibliothèques, temples, monuments et même la structure sociale des vaincus. Néanmoins, selon l’avis de Aceves Humana, c’est exactement cette familiarité avec les arts qui a permis à la culture mexicaine contemporaine de récupérer ses origines et son identité, à travers la fusion des anciennes traditions avec la nouvelle religion imposée par les Conquistadores.
Le résultat est la naissance d’expressions artistiques nouvelles et originales.

Les commentaires les plus intéressants sont sans doute ceux qui sont liés à son expérience dans le chantier de fouilles du Templo Mayor. L’artiste, en effet, se souvient de son enthousiasme face à la découvertes des nombreuses offrandes votives et aux différentes typologies de flore et faune présentes.
« Monter ou descendre le niveau phréatique » - explique Aceves Humana – « donne l’impression que l’offrande respire. J’ai essayé de modeler cela dans mes peintures ; parfois on oublie que la culture aztèque était une culture aquatique ».

L’expo a été inspirée par l’exemple de Catherwood, qui nous a laissé des superbes dessins et peintures des temples mayas, en 1840, et de Covarrubias, passionné des cultures mésoaméricaines.

Le contenu symbolique de cette expo – voulue en l’occasion de la célébration du 21ème anniversaire de Monte Albán comme patrimoine mondial – est lié à la forte présence de pièces provenant de Oaxaca dans les ruines du Templo Mayor.

Le petit format des peintures, qui mesurent 26x32 cm, est dû aux espaces limités du chantier où Aceves Humana a travaillé pendant l’exploration de la Casa de las Ajaracas. Néanmoins, il est actuellement en train de peindre des toiles de 190x 270 cm qui ont pour thème les offrandes aztèques.

Bien sûr, on peut regretter, dans l’article de La Jornada, l’absence de quelques photos qui puissent nous donner une idée des ces peintures fascinantes au plus haut point.
2 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…