Accéder au contenu principal

Restauration du masque de K’inich Janaab Pakal

Le masque funéraire de K’inich Janaab Pakal
Photo: Inah/Medios


Un des masques de jade qui formaient le ceinturon cérémoniel porté par le souverain Pakal, après avoir été déposé dans sa chambre funéraire, a été restauré par une équipe de l’Instituto Nacional de Antropología e Historia, dans le cadre du « Proyecto Máscaras Funerarias ».
Dans un article publié par la Sala de Prensa de l’Inah le 23 décembre dernier, Sofía Martínez del Campo Lanz, responsable de cette initiative voulue par la « Coordinación Nacional de Museos y Exposiciones » de l’Inah, nous donne des précieuses informations en ce qui concerne le déroulement de ce travail.

L’assemblage des 49 petites pièces de jade a duré 4 mois environ, et le masque mesure 12 cm de longueur pour 13,5 de largeur et 7 cm de haut. En revanche, la partie inferieure présente 3 petites haches de silex, qui mesurent 15,5 x 5 cm.

Le masque sera officiellement exposé en 2009 – tout comme la reproduction de la chambre funéraire du souverain Pakal – dans la Salle Maya du Musée d’Anthropologie de México.

Il ne s’agit pas de la première pièce, provenant de Palenque, restaurée par cette équipe, puisque précédemment le « Proyecto Máscaras Funerarias » avait travaillé sur un autre masque, qui faisait toujours partie du ceinturon cérémoniel du souverain Pakal. Dans ce cas, les spécialistes avaient eu affaire à une pièce représentant un vieux visage, en opposition au masque récemment restauré, représentant, sans doute, un visage aux traits jeunes. Del Campo Lanz explique que ces deux pièces avaient été « tuées » rituellement au dessus de la pierre tombale, et mélangées à d’autres petites pièces de jade, représentant une offrande.
L’observation et l’étude du registre photographique fut, à ce propos, très précieux, puisque les spécialistes ont pu sélectionner les pièces qui appartenaient aux deux différents masques et leur donner la forme anatomique d’origine.

Le « Proyecto Máscaras Funerarias » a permis la récupération, depuis 2001, de 13 petits masques provenant de différentes régions de l’aire maya, et c’est d’ailleurs grâce à cette étude multidisciplinaire si on a pu récupérer beaucoup d’informations sur les variations faciales des différentes populations appartenant à la culture maya.
Au total, on signale la récupération de 4 masques provenant de Palenque, 4 de Calakmul, dans l’état de Campeche, 3 de Dzibanché, en Quintana Roo, 1 de Oxkintok et 1 de La Rovirosa, Yucatan.

Selon Del Campo Lanz l’importance de ce projet est étroitement lié à deux aspects principaux : d’un côté cela permet la reconnaissance des formes et des traits mayas, un aide à la restauration des mosaïques là où le contexte archéologique est particulièrement avare d’informations. De l’autre côté cette étude permet la compréhension de la valeur du masque funéraire. « Les mosaïques faciales, tout comme les représentations des souverains dans les stèles » - explique la spécialiste - « possèdent une symbolique qui nous parle de la relation entre les rois et le monde surnaturel. La récupération des formes originales permet de lire cette signification ».

A l’occasion du 70ème anniversaire de l’INAH, en 2009, la publication d’un ouvrage consacré aux masques funéraires restaurés est prévue.
Actuellement on connaît l’existence, au Mexique, d’environ 30 exemplaires en jade. Le but du Projet est celui de compléter l’étude des pièces encore fragmentées, avec la méthodologie appliquée jusqu’à présent. 

Edition du 27/11/2011. Nous vous conseillons de voir cette conférence proposée par Laura Filloy Nadal au Museo del Popol Vuh en août dernier. 




Bibliographie complémentaire
Bernal Romero, G. 2008. “Las orejeras de K’inich Janahb’ Pakal: comentarios sobre una inscripción olvidada de Palenque”, en Estudios de Cultura Maya,XXXII. Mexico : IIF-UNAM, pp. 91-122. 

Filloy, L. 2011. Costume et insignes d'un roi maya de Palenque : K'inich Janaab' Pakal. Thèse de doctorat sous la direction d'Eric Taladoire. Paris: Université Panthéon-Sorbonne. 

Filloy, L. (coord.). 2010. Misterios de un rostro maya. La máscara funeraria de K'inich, Janaab' Pakal de Palenque. Mexico : Anaconda Books-INAH. 

Martínez del Campo Lanz, S. "K'inich Janaab' Pakal, dios del maíz y árbol del mundo". In Arqueología Mexicana, vol. XVII, núm. 102. México: Editorial Raíces-INAH pp. 24-29. Arqueología Mexicana, vol. XIX. núm. 110. México: Editorial Raíces-INAH.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…