Accéder au contenu principal

Exposition Teotihuacan, la ciudad de los dioses (3ème partie)

Chose promise, chose due. Voici donc quelques clichés des pièces les plus intéressantes de cette exposition… Ne vous étonnez pas de ne trouvez que peu d’information complémentaire (voir même aucune). Je jette la faute aux commissaires.

PB200003

Commençons avec le jaguar mis à jour il y a quelques années dans le Complexe de Xalla. Il présente la particularité d’avoir des pattes antérieures surprenantes. Celle de droite est simplement sculptée, celle de gauche est sculptée et peinte.


PB200006

Voici un exemple parfait de la scénographie proposée par les commissaires de l’exposition. On peut admirer cette reconstitution de la cour du palais de Quetzalpapalotl, réalisée en planches de bois sculptées. Au centre, on peut voir une statue du vieux dieu du feu, alias le Huehueteotl cher aux Aztèques. A l’arrière-plan, on peut apercevoir la grande plaque représentant les crocs typiques de la divinité qui sera Tlaloc à l’époque aztèque.


PC140065

Une petite salle est consacrée aux différentes maquettes de temples et d’autels que les anciens habitants de Teotihuacan aimaient représenter. Ici on peut voir que l’architecture traditionnelle du talud-tablero est présente. La partie basse, appelée talud, est relativement étroite. Elle est couverte d’une fine couche de stuc peint. La partie supérieure ou tablero est sculptée de plumes sur chaque frise entourant le panneau central d’où se dégagent des motifs d’eau ondulante qui rappelle la peinture des animaux mythologiques de Zacuala.


PC140073PC140070


Un des aspects de l’exposition est de mettre en avant la vie quotidienne des Teotihuacains, quelque soit leur origine ethnique, notamment au moyen de ces petites céramiques représentant des nourrissons dans leur berceau ou des mères allaitant.


PC140079

La pyramide de la Lune a révélé pleinement ses secrets au cours de ces dernières années. Les fouilles dirigées par Saburo Sugiyama ont permis de découvrir des caches funéraires nombreuses et souvent copieusement fournies. L’offrande 5, en plus de comprendre des offrandes d’animaux, contenait les restes d’un homme probablement enterré vivant. Au centre de l’offrande, cette statuette de pierre et de corail garde une identité énigmatique.


PC140101

Retenons aussi cette merveilleuse petite sculpture d’un serpent enroulé sur lui-même. Sa composition n’est pas sans rappeler certaines représentations du serpent à plumes mille ans plus tard chez les Aztèques. Troublant de ressemblance…


PC140112

D’autres pièces de l’exposition nous amène à considérer la continuité historique, culturelle et plastique entre Teotihuacan et Tenochtitlan. Bien que spatialement proches (40 kilomètres), ces deux sont passablement éloignées dans le temps : 500 ans séparent la chute de Teotihuacan et la fondation de la cité lacustre des Mexicas. Ce visage humain sortant d’un bec d’aigle rappelle les statues des chevaliers-aigles découvertes au Templo Mayor.


PC140140

Comme mentionné un peu plus haut, ce qui frappe à Teotihuacan, c’est le métissage ethnique qui y régnait. La ville était découpée en quartiers : cela nous enseigne combien elle était en contact avec d’autres peuples importants de la Mésamérique comme les Mayas ou les Zapotèques. Cette céramique tripode est typiquement teotihuacaine par sa forme. En revanche, sa décoration mouvante et fouillée en incise témoigne de la présence maya.


PC140155

Enfin, je ne résiste pas à vous montrer cette sculpture conservée au Museo Diego Rivera Anahuacalli. Ce serpent à plumes fait partie d’une paire qui était probablement utilisée comme élément architectural. Mais le problème de son origine (douteuse si on se souvient que Rivera avait autant de faux que d’originaux) laisse le curieux que je suis sur sa faim.
3 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…