Accéder au contenu principal

La "culture de Huajomulco"

Pour rester dans le thème des cultures mésoaméricaines « mineures », on vous signale ici un article du National Geographic du 8 décembre.
Il y a environ 15 ans, les archéologues de l’INAH avaient diffusé plusieurs informations sur la découverte de 41 objets provenant de la Vallée de Tulancingo.Carlos Hernández, archéologue du Centre INAH de l’état de Hidalgo, affirme – de manière quelque peu étonnante et sans doute très intéressante – que ceux-ci n’appartiennent pas aux cultures matérielles produites par les sociétés de la Vallée de Tulancingo ni aux cultures propres du Mexique central.

Mike Ruggeri propose un lien sur la liste FAMSI vers une photo publiée par El sol de Hidalgo.

On nous apprend que plusieurs figures sont représentées en position assise, avec les mains posées sur les genoux, une position, à vrai dire, typique de l’art mésoaméricain. D'autres portent des couvre-chefs ou des chapeaux coniques, décorés avec des serpents, une caractéristique typique de l'iconographie du dieu aztèque Ehécatl-Quetzalcoatl, le dieu du Vent ou encore un visage en train de sortir de la gueule d’un jaguar. Les sculptures, fabriquées en stuc, sont peintes en bleu et vert, ce qui donne l’impression du jade, et remontent à l’Epiclassique, période comprise entre 600 et 900 ap. J.-C.

Ces découvertes ont donné naissance à un
débat long et polémique, puisque plusieurs archéologues mexicains et étrangers ont supposé qu’il ne s’agit pas de sculptures anciennes, mais plutôt de faux. Hernández n’est pas d’accord avec cette théorie. Il affirme qu'en raison des caractéristiques spécifiques de ce corpus iconographique, ces sculptures pourraient être le produit d’une culture différente, qu’il appelle « culture de Huajomulco ».

En effet, certains de ces artefacts ont été retrouvés près de la pyramide de Huapalcalco, dans l’état de Hidalgo, un édifice dont l’origine reste aujourd’hui incertaine pour les spécialistes. Les petites structures qui composent la pyramide, peintes en noir et blanc, ne correspondraient pas aux styles décoratifs et architecturaux des sociétés présentes dans la région à la même époque, comme celle de Teotihuacan et, plus tard, celle de Tula.
Hernández suppose donc qu’il peut y avoir une relation entre la culture qui a produit les objets et la société qui utilisait cette structure sacrée. L’archéologue Thomas Charlton de l’Université de Lowa appuie cette théorie en affirmant, après les fouilles menées dans l’état de Hidalgo, qu’il est raisonnable supposer qu'à côté de la Vallée de Tulancingo, il y avait un site qui a probablement rejoint sa période d’apogée entre la chute de Teotihuacan et le début de l’ère toltèque.

Les spécialistes concordent tous sur une conclusion : la présence d’une « culture indépendante » des autres, pendant l’époque épiclassique, ne serait pas étonnante. Il s’agit d’une période qui voit un développement extrêmement dynamique des sociétés, des migrations et des contacts entre les populations mésoaméricaines.
C'est ce que précise le spécialiste de l'expansion aztèque Michael Smith sur la liste d'informations de FAMSI : " We need more information and documentation of local findings". Il explique également que la pluralité des cultures mésoaméricaines devait être beaucoup plus prononcée que ce que les anciens textes rapportent. Selon Smith, le terme "mysterious" utilisé dans cette article de NG est galvaudé et utilisé à mauvais escient.

Il faudra attendre la suite des campagne de fouilles à Huapalcalco pour avoir plus d’informations.

Pyramide de Huapalcalco - Hidalgo
Photo: National Geographic

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…