Accéder au contenu principal

Follow the LIDAR, LIDAR, LIDAR

Le jeu de mots est facile mais force est de reconnaître que cette technologie est la mode. Souvenez-vous : il y a quelques jours, nous évoquions comment l'INAH et PEMEX avaient décidé de partager un LIDAR tant pour leurs explorations archéologiques que pétrolières. La prochaine cité préhispanique au Mexique qui en bénéficiera est El Tajin, dans l'état de Véracruz.

Erik Boot est un mayiste toujours à la point de l'information. Sur son blog, il reprend un article publié par le très sérieux New York du 11 mai dernier et rédigé par John Noble Wilford.

L'article insiste sur la rapidité avec laquelle le LIDAR a permis de cartographier le site d'El Caracol, au Bélize en quelques jours ou semaines au maximum. D'ailleurs Patricia Castillo Peña avait indiqué qu'elle espérait boucler la cartographie des 1221 hectares d'El Tajin au LIDAR en trois semaines.

Vue générale de Caracol, Bélize.
Maya, Classique.
Photo de Pgbk87, prise le 8/09/2009. 
Retrouvée le 16 mai 2010 sur : 

A Caracol, site maya classique, Arlen et Diane Chase, professeurs à l'University of Central Florida, ont utilisé avec succès le LIDAR lors de leur campagne de fouilles en 2009. 4 jours de vol et ensuite 3 semaines pour traiter l'information récupérée et vous obtenez le résultat suivant ! Tout simplement bluffant.


Voici l'exemple que le NY Times publie pour illustrer le sujet. Le LIDAR est en train de changer l'archéologie aérienne. Le LIDAR (Light Detection and Ranging) est une système de détection de la lumière. Il est donc plus performant qu'un système RADAR et complète le GIS. Dans le podcast qui accompagne cet article, Arlen Chase explique que des rayons laser sont projetés vers le sol et la forêt depuis un petit avion avant d'être réfléchis vers le ciel. Cela permet de détecter n'importe quel. Cette technologie militaire trouve pleinement son application civile, surtout si on considère le projet d'archéologie que la NASA a souhaité mettre en plein après l'utilisation de ce système de détection télécommandé pour cartographier la planète Vénus, lors de missions spatiales.




Les premiers indices d'occupation de Caracol remontent au Préclassique, vers 1200 avant Jésus Christ. Les premières constructions à caractère religieux et politque datent pour leur part du Classique ancien. La ville a connu son apogée entre 100 et 900 de notre ère.

Sur Wikipedia, on peut trouver un article assez complet et fiable sur Caracol. Je reproduis ici la liste des dirigeants de ce site. Elle est le résultat des travaux réalisés par les épigraphistes.

* 331–349: Te' Kab' Chaak
* vers 470: K'ak' Ujol K'inich I
* 484–514: Yajaw Te' K'inich I
* 531–534: K'an I
* 553–593: Yajaw Te' K'inich II (Seigneur Eau)
* 599–613: "Knot Lord"
* 618–658: K'an II
* 658–680: K'ak' Ujol K'inich II
* vers 700: nom inconnu
* moitié du 8è siècle: nom inconnu
* 793: Tum Yohl K'inich
* 798: K'inich Joy K'awiil
* 810–830: K'inich Toob'il Yoaat
* 835–849: K'an III
* 859: nom inconnu

Imaginez un peu la cartographie par LIDAR pour des sites comme Chichen Itza, Coba ou Calakmul. Le LIDAR avait été déjà employé sur le site mégalithique de Stonehenge, au Royaume-Uni. A coups de machette pendant plusieurs années, les archéologues avaient péniblement débroussaillé 23 km2 pour établir un premier plan. Mais une estimation par LIDAR a augmenté la superficie à de 277 km2, faisant de Caracol la cité la plus étendue des Basses Terre du sud !

Diane Chase retient pour sa part l'extraordinaire système de terrasses utilisés par les habitants de Caracol pour leur agriculture et le nombre élevé de réservoirs d'eau à leur disposition.

Je vous recommande vivement la consultation du site créé par les Chase : http://www.caracol.org/index.php. Il contient des rapports d'activité, des bloc-notes, des photos, etc. Nous l'avons d'ailleurs ajouté à notre onglet de sites interactifs. Le rapport de fouilles pour 2009 est disponible en cliquant ici.

Vous pouvez retrouver l'article complet du New York Times et le podcast explicatif ici.

Pensez à consulter l'article Caracol sur Wikipedia et à télécharger un fichier pdf proposé en référence.
2 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…