Accéder au contenu principal

Restauration d'un relief peint à Lambityeco

Après tant d'informations sur les Mayas, parlons des Zapotèques qui ont vécu dans l'état de Oaxaca au début de notre ère. Nous avons déjà eu quelques occasions de vous parler de Monte Alban, site archéologique classé au patrimoine mondiale de l'humanité. Nous avons effleuré Mitla la Mixtèque dans une paire de notes. Mais nous n'avons pas encore eu l'occasion de présenter le site de Lambityeco situé entre les deux autres sites et à cinq kilomètres de Yagul.

Les Zapotèques continuent d'être mal connus : d'une part parce que l'INAH préfère favoriser les Mexicas et les Mayas, d'autre part parce que les chercheurs sont confrontés à un casse-tête pour comprendre cette civilisation mésoaméricaine à part entière, et pourtant distincte de ses deux prestigieuses cousines. Les Zapotèques ne nous ont laissé aucune chronique ni autant de glyphes, si bien que nos interprétations reposent essentiellement sur le patrimoine archéologique qui est parvenu jusqu'à nous.

Lambityeco, dont l'étymologie prête toujours à confusion, a été fouillée entre 1961 et 1976 par l'archéologue américain John D. Pollock (sans relation avec le fameux peintre homonyme). Atteignant une superficie de 117 hectares, Lambityeco fut occupé pendant près de 1400 ans, depuis le Préclassique ancien (700 avant Jésus Christ) jusque au Classique tardif (vers 750 de notre ère).



Contemporaine de Monte Alban, il est possible que Lambityeco ait été une chèferie importante de la région pour au moins deux raisons. La première est sa fonction : les fouilles de Pollock ont montré que la cité produisait, stockait et vendait du sel pour une très grande partie de la vallée d'Oaxaca. Par conséquent les revenus générés lui permettait de payer les artistes et artisans qui ont préparé les tombes de ses dirigeant(e)s.

Car c'est là où nous souhaitons en venir. A la différence d'autres peuples qui pratiquaient l'enterrement en position foetale (Teotihuacan) ou verticale (Cantona dans l'état de Puebla), les Zapotèques préféraient déposer leurs moments dans des tombes préalablement préparées (stuquées et peintes). Le corps était déposé sur le dos. Ce modus operandi a d'ailleurs permis d'identifier la présence d'un quartier zapotèque à Teotihuacan.

Les monticules (particulièrement la tombe 7) de Monte Alban ont révélé des trésors dignes de Toutankhamon, révélés au monde grâce à la persévérance d'Alfonso Caso et de ses collaborateurs au milieu du siècle dernier. Les tombes de Mitla sont connues pour être situées sous les principaux édicules de la cité, autour de cours ouvertes. Mais elles sont postérieures à Lambityeco et appartiennennt plus à la culture mixtèque.

Lambityeco n'échappe à la règle. Mais elle se démarque par la richesse et la vie qui émanent des reliefs ornant les tombes. Lors des campagnes de fouilles de Pollock, trois tombes et quelques bâtiments résidentiels ont été découverts, fouillés et restaurés. Dans les deux cas, les archéologues considèrent que leurs "propriétaires" avaient certainement appartenu à l'élite dirigeante de la ville. C'est notamment le cas de la tombe 6 qui a fait  l'objet d'une consolidation de ses parois externes et une restauration de ces reliefs stuqués. La tombe 6 a apparemment été construite il y a 1300 ans.

Les archéologues et restaurateurs du Corredor Arqueologico de la Valle de Oaxaca ont  réutilisé les méthodes et les matériaux originaux : paille et argile et jus de citron pour consolider les murs. Et puis ils ont percé un petit puits qui permet l'évacuation de l'humidité. En ce qui concerne les stucs représentant le seigneur 1 Tremblement de terre et son épouse 10 Roseau sous des traits vieillis, on a procédé de la même manière : on a rempoté avec de l'argile et les reliefs ont été consolidés avec du jus de cactus.


Reliefs en stuc peint représentant 1 Tremblement de terre et 10 Roseau.
Classique tardif, Lambityeco, Oaxaca.
Photo de HJPD, retrouvée le 8 mai 2009 sur 


Il convient de mentionner que le Temple dit de "Cocijo", divinité lié au vent, à la foudre, à la pluie et équivalent d'un Ehécatl-Tlaloc mexica, a d'ailleurs lui aussi subi une profonde restauration l'année dernière.


Templo de Cocijo, Lambityeco, Classique moyen.
Photo d'Ivanpares, prise en mai 2009. 

Références bibliographiques.

Michael Lind y Javier Urcid.
1995. La zona arqueológica de lambityeco.Lecturas Históricas del estado de Oaxaca, época prehispánica. INAH, México.
1983. "The lords of Lambytieco and their nearest neighbors". In Notas mesoamericanas, número 9, Universidad de las Américas Puebla, San Andres Cholula, p.
2010. The lords of Lambityeco : political evolution in the Valley of Oaxaca during the Xoo phase. University of Colorado Press, Boulder.
2 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 297 - Exposición Lakii'n: poderio del oriente maya con Alfredo Barrera Rubio

Esta semana en Raíces recibimos al Dr. Alfredo Barrera Rubio, investigador yucateco reconocido por sus aportes a la arqueología y antropología de este estado. En el caso que nos concierna, el Dr. Barrera Rubio ha sido parte de la curaduría de la exposición Lakii'n: poderio del oriente maya que tiene sede en el Museo del Palacio Cantón, radicado en la ciudad de Mérida.


Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.



Créditos musicales
Referencias bibliográficas
Exposiciones Exposición Lak'iin: poderío del oriente maya, Museo Palacio Cantón, Mérida, Boletín INAH, hasta junio 2017.
Maya, das rätsel der Königsstädte, Historisches Museum der Pfalz, Domplatz, Espira, Alemania, 2/10/2016 - 23/04/2017.

Exposición Milpa, pueblos del maíz, Museo Regional de Querétaro, Querétaro, México, hasta el 5/03/2017.
Exposición Xipe Totec y la regeneración de la vida, Museo del Templo Mayor, Ciudad de México, hasta marzo 2017. 
Exposición Lo de candela: afrodescendien…