Accéder au contenu principal

Diana Magaloni en mission à Florence.

La directrice du Museo Nacional de Antropologia a entrepris une mission à Florence dans le but d'étudier le célèbre Codex de Florence. L'INAH nous propose un compte-rendu de cette mission et une présentation du manuscrit le plus important de l'époque coloniale.

Codex de Florence, IX, 51.
Disponible le 28 mai 2010 sur 

Les douze livres répartis dans trois tomes (originellement quatre) ont été peints par vingt tlacuilos mexicas et rédigées à partir de témoignagnes d'indigènes et selon des techniques européennnes. Le frère franciscain Bernardino de Sahagun supervisait le travail de rédaction effectué par quatre maîtres indigènes. Professeur de latin au Colegio de Santa Cruz, dont il ne reste aujourd'hui que l'église Saint Jacques, Sahagun est toujours considéré comme le premier anthropologue des Amériques.

Portrait de Bernardino de Sahagun,
retrouvé le 30 mai 2010 sur http://goo.gl/8jAo


Ses copistes ont transcrit les informations recueuillies auprès deet plusieurs anciens de Tlatelolco et Texcoco sur deux colonnes, l'une en nahuatl, l'autre en espagnol. 2686 dessins en couleur illustrent les textes. Ils ont travaillé dans un contexte difficile, quand la peste extermina plus de 80% de la population indigène. Sans compter qu'ils ont dû replonger dans leur propre passé pour mieux le raconter à leurs conquérants.

Le travail de compilation commença à partir de 1547 mais dura jusqu'à 1585. Pourtant le travail de Sahagun et de ses secrétaires ne fut pas bien vu par les autorités religeuses et politiques. Vers 1565, on lui retire ses travaux pour ne les lui rendre qu'en 1573. On lui propose une traduction en espagnol de l'ensemble des informations qu'il a récupérées: ce sera l'Historia General de las Cosas de Nueva España. Mais en 1577, le roi Philippe II d'Espagne décide d'interdire l'étude des traditions païennes. Les travaux de Sahagun lui sont donc définitivement retirés et ne seront publiés que de manière posthume.

Terminons cette nécessaire digression pour revenir au sujet du jour. La directrice du MNA a eu la possibilité de feuilleter le travail original conservé dans un musée de Florence, en Italie. Elle s'est notamment attardée sur le livre XI, de manière à comprendre quels étaient les pigments que les tlacuilos avaient utilisé pour les illustrations du codex. Magaloni a expliqué que ce n'étaient pas les couleurs qui avaient un contenu symbolique. A l'intérieur même d'une couleur, chaque tonalité avait sa propre signification. Enfin elle extime que le document doit être intégré dans la Bibliothèque Mexicaine Numérique, qui doit être proposée au public prochainement.

Références :
Article "Bernardino de Sahagun" sur Wikipedia en français, consulté le 30 mai 2010.
Article "Bernardino de Sahagun" sur Wikipedia en espagnol, consulté le 30 mai 2010.
Arqueologia Mexicana, vol. VI, num. 36, Editorial Raices-INAH, Mexico.
GRUZINSKI, Serge. 1991. L'Amérique de la Conquête peinte par les Indiens du Mexique, UNESCO/Flammarion, Paris.
LEÓN-PORTILLA, Miguel. 1999. Fray Bernadino de Sahagún en Tlatelolco. Secretaría de Relaciones Exteriores, Mexico.
VICENTE CASTRO, Florencio & José Luis RODRIGUEZ MOLINERO.
1986. Bernardino de Sahagún. El primer antropólogo en Nueva España. Ediciones Universidad Salamanca, Salamanque.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…