Accéder au contenu principal

Diana Magaloni en mission à Florence.

La directrice du Museo Nacional de Antropologia a entrepris une mission à Florence dans le but d'étudier le célèbre Codex de Florence. L'INAH nous propose un compte-rendu de cette mission et une présentation du manuscrit le plus important de l'époque coloniale.

Codex de Florence, IX, 51.
Disponible le 28 mai 2010 sur 

Les douze livres répartis dans trois tomes (originellement quatre) ont été peints par vingt tlacuilos mexicas et rédigées à partir de témoignagnes d'indigènes et selon des techniques européennnes. Le frère franciscain Bernardino de Sahagun supervisait le travail de rédaction effectué par quatre maîtres indigènes. Professeur de latin au Colegio de Santa Cruz, dont il ne reste aujourd'hui que l'église Saint Jacques, Sahagun est toujours considéré comme le premier anthropologue des Amériques.

Portrait de Bernardino de Sahagun,
retrouvé le 30 mai 2010 sur http://goo.gl/8jAo


Ses copistes ont transcrit les informations recueuillies auprès deet plusieurs anciens de Tlatelolco et Texcoco sur deux colonnes, l'une en nahuatl, l'autre en espagnol. 2686 dessins en couleur illustrent les textes. Ils ont travaillé dans un contexte difficile, quand la peste extermina plus de 80% de la population indigène. Sans compter qu'ils ont dû replonger dans leur propre passé pour mieux le raconter à leurs conquérants.

Le travail de compilation commença à partir de 1547 mais dura jusqu'à 1585. Pourtant le travail de Sahagun et de ses secrétaires ne fut pas bien vu par les autorités religeuses et politiques. Vers 1565, on lui retire ses travaux pour ne les lui rendre qu'en 1573. On lui propose une traduction en espagnol de l'ensemble des informations qu'il a récupérées: ce sera l'Historia General de las Cosas de Nueva España. Mais en 1577, le roi Philippe II d'Espagne décide d'interdire l'étude des traditions païennes. Les travaux de Sahagun lui sont donc définitivement retirés et ne seront publiés que de manière posthume.

Terminons cette nécessaire digression pour revenir au sujet du jour. La directrice du MNA a eu la possibilité de feuilleter le travail original conservé dans un musée de Florence, en Italie. Elle s'est notamment attardée sur le livre XI, de manière à comprendre quels étaient les pigments que les tlacuilos avaient utilisé pour les illustrations du codex. Magaloni a expliqué que ce n'étaient pas les couleurs qui avaient un contenu symbolique. A l'intérieur même d'une couleur, chaque tonalité avait sa propre signification. Enfin elle extime que le document doit être intégré dans la Bibliothèque Mexicaine Numérique, qui doit être proposée au public prochainement.

Références :
Article "Bernardino de Sahagun" sur Wikipedia en français, consulté le 30 mai 2010.
Article "Bernardino de Sahagun" sur Wikipedia en espagnol, consulté le 30 mai 2010.
Arqueologia Mexicana, vol. VI, num. 36, Editorial Raices-INAH, Mexico.
GRUZINSKI, Serge. 1991. L'Amérique de la Conquête peinte par les Indiens du Mexique, UNESCO/Flammarion, Paris.
LEÓN-PORTILLA, Miguel. 1999. Fray Bernadino de Sahagún en Tlatelolco. Secretaría de Relaciones Exteriores, Mexico.
VICENTE CASTRO, Florencio & José Luis RODRIGUEZ MOLINERO.
1986. Bernardino de Sahagún. El primer antropólogo en Nueva España. Ediciones Universidad Salamanca, Salamanque.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…