Accéder au contenu principal

Ixcateopan, tributaire en coton

Le site internet de l'INAH explique comment l'archéologie a confirmé ce qui était indiqué dans le Codex Mendoza.

A son apogée, sous le règne d'Itzcoatl, l'empire mexica faisait payer tribut à ses vassaux. On suppose même que Teotihuacan, puis Tula avaient fait la même chose au moment de leur acmé. Pour l'exemple mexica, nous bénéficions d'un document que nous avons mentionné à plusieurs reprises dans nos notes. Le Codex Mendoza nous renseigne sur le type et la quantité de tribut que chaque vassal devait fournir à la Triple Alliance formée par Tenochtitlan, Tlatelolco et Tacuba.

Parmi les villes tributaires figurent la lointaine province de Xoconochco, située sur la côte pacifique du Guatemala. Ixcateopan est un peu plus près, même en étant situé dans l'état du Guerrero. Voici une petite carte vous situer.


En 2008 des fouilles et des restaurations avaient été entreprises par l'INAH. Une première note avait été publiée, indiquant les objectifs de travail des chercheurs. On avait établi alors que la ville avait surtout connu son développement le plus important pendant le Postclassique.


Fouilles à Ixcateopan, Guerrero en 2008.
Photo retrouvée le 9 mai 2010 sur : http://tinyurl.com/25pmfbx

Selon la Relacion de Ichteopan, rédigée en 1579 par le capitaine espagnol Lucas Pinto, les habitants auraient des Mayas Chontal, mais l'information n'a pu être corroborée.  L'archéologue en charge des fouilles, Raul Barrera, estime que seules l'anthropologie physique et la médecine pourraient donner une réponse, à condition que les adn retrouvés parlent. Mais on sait aussi que le site était déjà occupé dès le Classique ancien vers 350 de notre ère.

Si on croit ce que nous rapporte le Codex Mendoza, Ixcateopan avait à sa charge, la production de coton.  Il faut dire que cette ville a eu l'illustre de voir venir au monde le dernier empereur mexica, Cuauhtemoc. Sa mère en était elle-même originaire et son grand-père en avait été le cacique. C'est du moins ce que rapporte certaines chroniques. Cependant une des particularités de ce site est la pierre utilisée pour paver les axes de circulation : on utilisait le marbre blanc !

Toujours est-il qu'Ixcateopan aurait bien été productrice de coton. Les archéologues ont récemment découvert du matériel qui laisse à penser que le coton était produit mais également travaillé sur place. Selon le Mendoza, Ixcateopan devait aussi livrer des côtes en coton pour qu'elles servent de protection ou d'uniformes aux guerriers mexicas.

Glyphe d'Ixcateopan, in Matricula de Tributos, pl. 39, ill. 50 et pl. 41, ill. 3.

Ixcateopan continue d'honorer la mémoire de son prestigieux fils. Diego Rivera avait fait rapatrier ses restes il y a quelques décennies. Mais la médecine légiste a affirmé que ses "os" correspondaient à ceux de 8 personnes dont une femme... Ou comment se recréer un passé et un reliquaire : c'est digne de la foi catholique et  surprenant de la part de Rivera qui abhorrait l'église mais vouait une admiration sincère pour les racines préhispaniques du Mexique !

Sachez que vous pouvez retrouver l'information originale de l'INAH en format pdf en cliquant sur le titre de cette note.

Références bibliographiques:
Codex Mendoza.
1992. University of California Press, Berkeley.

Matricula de Tributos.
2003. Especial n°14 de Arqueologia Mexicana, Editorial Raices-INAH, México.

2 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…