Accéder au contenu principal

Ixcateopan, tributaire en coton

Le site internet de l'INAH explique comment l'archéologie a confirmé ce qui était indiqué dans le Codex Mendoza.

A son apogée, sous le règne d'Itzcoatl, l'empire mexica faisait payer tribut à ses vassaux. On suppose même que Teotihuacan, puis Tula avaient fait la même chose au moment de leur acmé. Pour l'exemple mexica, nous bénéficions d'un document que nous avons mentionné à plusieurs reprises dans nos notes. Le Codex Mendoza nous renseigne sur le type et la quantité de tribut que chaque vassal devait fournir à la Triple Alliance formée par Tenochtitlan, Tlatelolco et Tacuba.

Parmi les villes tributaires figurent la lointaine province de Xoconochco, située sur la côte pacifique du Guatemala. Ixcateopan est un peu plus près, même en étant situé dans l'état du Guerrero. Voici une petite carte vous situer.


En 2008 des fouilles et des restaurations avaient été entreprises par l'INAH. Une première note avait été publiée, indiquant les objectifs de travail des chercheurs. On avait établi alors que la ville avait surtout connu son développement le plus important pendant le Postclassique.


Fouilles à Ixcateopan, Guerrero en 2008.
Photo retrouvée le 9 mai 2010 sur : http://tinyurl.com/25pmfbx

Selon la Relacion de Ichteopan, rédigée en 1579 par le capitaine espagnol Lucas Pinto, les habitants auraient des Mayas Chontal, mais l'information n'a pu être corroborée.  L'archéologue en charge des fouilles, Raul Barrera, estime que seules l'anthropologie physique et la médecine pourraient donner une réponse, à condition que les adn retrouvés parlent. Mais on sait aussi que le site était déjà occupé dès le Classique ancien vers 350 de notre ère.

Si on croit ce que nous rapporte le Codex Mendoza, Ixcateopan avait à sa charge, la production de coton.  Il faut dire que cette ville a eu l'illustre de voir venir au monde le dernier empereur mexica, Cuauhtemoc. Sa mère en était elle-même originaire et son grand-père en avait été le cacique. C'est du moins ce que rapporte certaines chroniques. Cependant une des particularités de ce site est la pierre utilisée pour paver les axes de circulation : on utilisait le marbre blanc !

Toujours est-il qu'Ixcateopan aurait bien été productrice de coton. Les archéologues ont récemment découvert du matériel qui laisse à penser que le coton était produit mais également travaillé sur place. Selon le Mendoza, Ixcateopan devait aussi livrer des côtes en coton pour qu'elles servent de protection ou d'uniformes aux guerriers mexicas.

Glyphe d'Ixcateopan, in Matricula de Tributos, pl. 39, ill. 50 et pl. 41, ill. 3.

Ixcateopan continue d'honorer la mémoire de son prestigieux fils. Diego Rivera avait fait rapatrier ses restes il y a quelques décennies. Mais la médecine légiste a affirmé que ses "os" correspondaient à ceux de 8 personnes dont une femme... Ou comment se recréer un passé et un reliquaire : c'est digne de la foi catholique et  surprenant de la part de Rivera qui abhorrait l'église mais vouait une admiration sincère pour les racines préhispaniques du Mexique !

Sachez que vous pouvez retrouver l'information originale de l'INAH en format pdf en cliquant sur le titre de cette note.

Références bibliographiques:
Codex Mendoza.
1992. University of California Press, Berkeley.

Matricula de Tributos.
2003. Especial n°14 de Arqueologia Mexicana, Editorial Raices-INAH, México.

2 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…