Accéder au contenu principal

Restitution d'objets mayas au Honduras

Dans un article daté du 12 mai 2010, le quotidien El Universal nous informe de la cérémonie de restitution de pièces mayas originaires du Honduras. A l'origine de ce geste diplomatique et culturel de la part des Etats-Unis, un trafic d'oeuvres d'art.

La plupart sont des vaisselles à motifs géométriques et animaliers, peintes en noir, rose et ruge. Quelques figurines en céramique obscure et blanche font également du lot.

Comme souvent dans ce cas-là, des fouilles sauvages, commanditées généralement des receleurs et des riches collectionneurs, ont permis de fournir le catalogue que des Salvadoriens vendaient sur Ebay. Une enquête commune des polices des douanes salvadoriennes et américaines a permis de récupérer quarante-cinq objets au total, au terme de trois ans d'enquête. Dix-huit pièces et 4 sacs de fragments de céramique avaient récupéré sur le sol américain, à Miami.

Malheureusement le mal avait été fait à double titre. Différents acheteurs au Japon, au Royaume-Uni, au Canada et en France ont été repérés. D'autre part, tout le contexte archéologique de ces céramiques est définitivement perdu : leur lieu d'origine, leur disposition, leur appartenance à un mobilier complet ou la possibilité d'une offrande... Tout cela pour la vanité et la stupidité de quelques personnes qui pensent à leur satisfaction personnelle plutôt qu'à celle du plus grand nombre. Ces individus sont des voleurs, des criminels contre l'humanité, d'une certaine manière.

L'anthropologue salvadorienne Rosa Maria Ramirez a notamment expliqué que les pièces "américaines" dataient du Classique et auraient fabriqué dans la partie occidental du pays. L'ambassadeur du Salvador à Washington a déclaré que les 18 objets retourneront prochainement dans son pays pour être exposés au Musée National d'Archéologie de Tegucilgalpa.

Espérons que l'enquête ne s'arrête pas complètement, histoire de mettre la mmain sur les "propriétaires" illégaux des objets déjà vendus. La faute revient également à Ebay, pour ne pas surveiller de plus prêt des ventes d'objets qui pourraient être tout aussi litigieuses.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…