Accéder au contenu principal

Quelques précisions sur l'expo Moctezuma II au DF

Sur Internet, on peut lire dans une note publiée le mercredi 28 mai quel sera contenu de l'exposition Moctezuma, Tiempo y destino de un gobernante. Nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises la tenue de cette exposition au Musée du Templo Mayor, à partir de la mi-juin. On a appris ainsi la semaine passée que le monolithe de Tlaltecuhtli avait été déplacé de l'endroit où il avait été découvert vers le vestibule du Musée.

Masque en bois, Offrande 126, Templo Mayor.
Culture Mexica, Postclassique tardif.
Disponible le 28 mai 2010 sur http://bit.ly/aDIPT0


Il faut rappeler que de nombreuses pièces présentées au British Museum l'hiver dernier n'y seront pas présentes. Pour compenser ce manque, l'INAH a donc décidé de mettre en avant le résultat des fouilles entreprises depuis 2006 dans la Casa de las Ajaracas. Tout d'abord, on présentera pour la première fois le monolithe de Tlaltecuhtli dans une exposition, car il avait présenté au public pendant quelques jours, après sa découverte. Quatre-vingt-dix pièces choisies parmi seize offrandes seront proposées en revanche pour la toute première fois : des masques et des sceptres en bois de l'offrande 126, des couteaux de silex décorés avec des coquillages et rappelant les attributs de Quetzalcoatl de l'offrande 125 (Chavez Balderas et alii, 2010), des insignes en or, deux des vingt-cinq encensoirs portables monochromatiques ou finement peints de l'offrande 130.

La note de l'INAH s'attarde sur les objets en bois. Il faut dire que ce type de matériau supporte mal l'humidité de l'ancien lac, surtout après autant de temps. Réalisés en pin, ils font partie de l'offrande 126 dont l'annonce de la découverte remonte à juin 2008. On peut d'ailleurs voir un des masques dans le petit diaporama proposé en annexe de la note. C'est d'ailleurs une bonne partie de l'offrande 126 qu'on pourra regarder : conques, coquillages, oursins et coraux importés constituaient la majeure partie du mobilier retrouvé par les archéologues et identifiés par les archéologues. Vous retrouverez deux notes sur cette offrande en cliquant ici et ...

En observant la photo exposée plus haut, on peut se rendre compte que ces petits visages humains ont les yeux fermés et la bouche. En ce qui concerne les sceptres, ils représentent le Serpent de feu, ou xiuhcoatl, attribut de Huitzilopochtli ou de Tlaloc et symbolise la foudre.

On pourra également voir le squelette de loup de l'offrande 120, enterré avec des boucles d'oreille en bois, des petits coquillages et un anneau en nacre.

Nous vous proposerons une série de notes rapidement sur cette exposition.

Référence bibliographique :
CHAVEZ BALDERAS, Ximena, AGUIRRE, Alejandra, MIRAMONTES, Ana; et ROBLES, Erika. 2010. "Los cuchillos ataviados de la Ofrenda 125, Temlo Mayor de Tenochtitlan". In Arqueologia Mexicana, vol. XVII, num. 103, Editorial Raices, p. 70-75.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…